chargement

Le premier jour de ma nouvelle vie

éditeur : ESI Romans
catégories : Romans et nouvelles, Santé, bien-être et famille > Développement personnel et relations
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
9,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

Mais qu’est-ce que j’ai fait pour en arriver là ?

C’est la première pensée qui me frappe quand je constate, horrifiée, l’état de la maison après le passage des armes de destruction massive de tout juste 6 ans que sont ma fille, Leila, et ses neuf copines. Évidemment, comme une idiote, j’ai voulu organiser le goûter d’anniversaire de Leila à la maison… Résultat : l’appart ressemble à la Louisiane après Katrina.

C’est d’ailleurs comme ça que j’aurais dû appeler ma fille…

Pendant que je nettoie les restes de gâteaux et de bonbons collés à la table de la salle à manger, je me félicite d’avoir inclus Agathe, la maman d’Augustine, (que je surnomme « Supermaman » parce qu’elle semble toujours tellement « cooooool »…), dans mon programme d’anniversaire. C’est elle qui a pris le relais avec les filles et les accompagne au parc à trois cents mètres de la maison, ce qui me permet de nettoyer et de me morfondre tranquillement chez moi. Je ne connais pas très bien Agathe, mais je l’envie : elle paraît toujours tellement zen et disponible pour sa fille (et pour la mienne aussi par la même occasion, vu que ces deux-là sont toujours fourrées ensemble…), contrairement à moi qui suis toujours débordée et à la bourre…

Évidemment, mon mari, Éric, a flairé le sale plan. Il a rapidement fait l’addition : dix enfants + jeux + goûter = gros bazar et niveau sonore élevé. Il est donc allé se réfugier à son travail, en prétextant tout un tas de dossiers en retard et urgents. Un samedi. Comme c’est pratique…

Pendant que je suis en train de ramasser les divers objets difficilement identifiables qui jonchent le sol, cette pensée « mais qu’est-ce que j’ai fait pour en arriver là ? » revient toquer à la porte de mon cerveau de façon plus insistante, et détourne même mon attention des débris de chips incrustés dans ma belle moquette. Je m’assieds (m’affale serait plus juste…) sur le canapé pour faire le point, sans oublier de me féliciter d’avoir pensé à mettre un plaid dessus avant l’arrivée des mini-ouragans. Et je fais immédiatement un bond d’environ quatre mètres quand j’entends un couinement strident en provenance du canapé. C’est Fifou, mon chat maniaco-dépressif et paranoïaque. Je me relève donc en vitesse avant de me prendre un coup de griffes et en profite pour aller au frigo me servir un grand verre de blanc. Quitte à faire un bilan déprimant, autant le faire avec un verre de Sancerre à la main.

J’ai eu 38 ans il y a huit jours, le 21 août. 38 ans, ce n’est ni vraiment jeune, ni vraiment vieux. C’est dans une sorte d’entre-deux inconfortable, ce qui décrit à merveille mon état d’esprit actuel… Je ne sais plus trop où j’en suis !

Je n’ai pas raté ma vie, attention ! Non, je l’ai même plutôt bien réussie, si l’on regarde tout cela objectivement. Je suis mariée depuis quinze ans. J’aime mon mari et je crois pouvoir dire sans me tromper qu’il m’aime aussi. J’ai deux enfants magnifiques : Quentin, bientôt 12 ans, et Leila, 6 ans aujourd’hui (enfin, il y a deux jours, mais ça tombait un jeudi… pas idéal pour la « boum »). J’ai bien réussi professionnellement : je suis cadre technico-commercial dans une boîte d’intérim et je gagne confortablement ma vie. On a même acheté un appartement dans Paris, un soixante-cinq mètres carrés certes, mais dans le onzième, un quartier que j’adore. Bon d’accord, les mensualités sont énormes, mais qui n’a pas un crédit sur les bras de nos jours ?

Alors oui, c’est sûr, il y a aussi des points noirs. D’abord, je vieillis. Bientôt la barre fatidique des 40 ans, un premier bilan… la midlife crisis peut-être même ? Ensuite, je bosse comme une tarée parce que mon patron est le fils caché d’Hitler et de Staline, et ne me laisse aucun répit. Et mon boulot n’est pas vraiment épanouissant. Mais il faut bien le payer, ce crédit, n’est-ce pas ?

Concernant ma vie privée, le constat est aussi assez mitigé. Avec Éric, la passion s’est fait la malle depuis un moment et la routine s’est installée, insidieuse. Alors oui, on s’aime, mais je crois qu’on n’y pense plus vraiment. Pour vous dire, je ne suis même plus vraiment jalouse de sa collègue Marie, une bimbo d’à peine 29 ans qui porte des jupes cigarettes moulant parfaitement ses jeunes fesses fermes et sans peau d’orange. C’est sûr que ce n’est pas moi, ma confortable taille quarante et mes petits bourrelets qui pouvons rivaliser sur ce point-là. Mais bon, je dirais que Marie, c’est une menace connue et ancienne, une sorte de défouloir à jalousie qui a bien servi, mais qui paraît maintenant assez inoffensif, même si, bizarrement, elle n’est toujours pas maquée. Elle doit être frigide, dominatrice ou quelque chose comme ça pour ne pas encore avoir trouvé chaussure à son pied. À moins qu’elle ne s’envoie Ivan Lasparède en douce, le big boss d’Éric ! Ça ne m’étonnerait pas… Bon, en fait, je dois être encore un peu jalouse quand même, parce que je m’aperçois que j’ai été un peu méchante avec la Marie.

Eh bien, tant pis pour elle.

Bref, avec Éric, on parle courses, banque, enfants, boulot, appartement. On ne parle plus vraiment de nous, de nos envies, de nos projets, de nos sentiments, de nos rêves. Je ne sais pas comment on en est arrivés là. Hier, tout allait bien, on riait, on allait à des concerts, on faisait l’amour cinq ou six fois par semaine, même après la naissance de Quentin. Et aujourd’hui, c’est un petit baiser sur les lèvres, sans vraiment nous regarder, un peu de télé, un peu de lecture et au dodo.

Il faut dire que j’ai bien dû prendre quinze kilos depuis notre mariage, et puis, je l’avoue, faire l’amour n’est plus vraiment ma priorité. Entre les courses, le ménage, le boulot évidemment, le foot et les cours de guitare de Quentin, les cours de cirque et de danse de Leila et le reste… qui aurait envie de sortir le grand jeu ? En général, après avoir couché les petits, j’ai juste envie de… dormir !

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782359327939
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Le premier jour de ma nouvelle vie
Auteur
Editeur ESI Romans
Langue FR
Date de publication 08/06/2017

Droits numériques

Ean EPUB 9782359327939
Type de protection Adobe DRM
Haut