chargement

Le sexe en contrebande

éditeur : Sabine Fournier
catégorie : Littérature érotique > Romans
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

PDF

Digital watermarking
14,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Valérie s'arrêta quelques kilomètres après Dinan, à un relais fréquenté par les routiers.

Le regard des hommes accoudés au bar lui fit prendre conscience de sa tenue. Sa petite robe noire moulante et ses escarpins vernis étaient tout ce qu’elle avait pour un enterrement, mais ils paraissaient provocants dans un bar de campagne à cette heure de la journée. Insolites et trop sexy. Elle s'assit dans la salle vide, commanda un demi. Les hommes continuaient à la lorgner en échangeant à voix basse des réflexions animées. Elle fit mine de ne pas remarquer l'attention qu'ils lui portaient.

Mais elle sentait leurs yeux qui la détaillaient avec une expression sans équivoque, et une bouffée de chaleur gonfla sa poitrine. Une légère impression de vide, un picotement sous la peau. Signes avant-coureurs qu'elle connaissait bien. Qu'est-ce qu'elle y pouvait si ses envies de sexe la prenaient souvent à l'improviste ? Elle dut les déranger pour se rendre aux toilettes. Ils s'écartèrent, cérémonieusement ironiques, s'arrangèrent pour la frôler au passage. En refermant la porte, elle entendit distinctement : « Putain ! T'as vu ces nichons ! »

Quand elle repassa devant eux, elle fixa dans les yeux le plus déluré de la bande. Un brun d'une trentaine d'années qui portait un anneau à l'oreille et un tee-shirt noir. Il lui rendit son regard. Les autres l'appelaient Damien, son prénom préféré. Elle sortit après avoir payé au comptoir. Il la rejoignit sur le parking alors qu'elle fourrageait dans le coffre de sa voiture.

— Vous avez des ennuis ? Vous voulez un coup de main ?

— Non, mais je visiterais bien la cabine de votre camion. Je n'en ai jamais vu...

Il fut désarçonné par cette attaque directe et fronça les sourcils croyant sans doute avoir affaire à une prostituée. Elle reprit, résolue à aller droit au but :

— Vous inquiétez pas, je ne suis pas une professionnelle, mais j'ai remarqué votre manège avec vos copains... Alors, si vous êtes d'accord, on y va...

Il tira soigneusement les rideaux de la cabine en débitant des banalités qu'elle coupa en lui posant sa main sur la bouche. La couchette était étroite, rudimentaire. Pas très confortable.

Après avoir sacrifié au rite d'un baiser sommaire, tandis qu'il la pelotait en commençant à la déshabiller, elle demanda :

— Tu as une capote ?

Il en tira une boîte du vide-poches, dit d'un ton mi-figue mi-raisin :

— Faut attendre un peu, je bande pas si vite.

Elle l'aida à s'extraire de son jean et de son slip, s'empara de son sexe, qu'elle tint serré entre ses mains jointes jusqu'à ce qu'il durcisse.

— Qu'est-ce que tu racontes ? dit-elle avec une moue malicieuse.

Il eut un petit rire.

— Si tu me suces, ça va aller encore mieux...

Elle secoua la tête dans une envolée de boucles rousses pour signifier son refus, mais elle entreprit de le masturber. Puis elle ouvrit les cuisses, cambra les reins lorsqu'il glissa deux doigts dans sa fente. Il la branlait avec habileté, ses doigts ne tardèrent pas à être enduits de jus. Elle avait approché son visage pour mieux voir la queue brune. Une bite moyenne, légèrement arquée, bien rigide. Elle enfila le préservatif avec des gestes précis, très doux.

— Viens maintenant... j'ai envie...

Sa voix était haletante. Elle poussa un profond soupir de satisfaction quand la bite la pénétra. Damien ne semblait ni pressé ni fébrile. C'était ce qu'elle en attendait. Elle se renversa sous lui, remonta ses cuisses, croisa ses mollets sur ses reins malgré l'exiguïté de la cabine. Il baisait en coulées amples et régulières, entrant et sortant son membre comme s'il tenait à ce qu'elle en éprouve la longueur et la force. Elle commença à gémir, concentrée sur la naissance de son plaisir.

Tout en limant avec méthode, il l'embrassait, lui suçait la pointe de la langue en aspirant la salive. Et il malaxait les seins, en étirait le bout entre le pouce et l'index ou pinçait les tétons sans aller jusqu'à la douleur. Mais toujours son cul se levait et s'abaissait en souplesse, la pistonnant vigoureusement. Valérie sentait s'accumuler la tension que l'orgasme allait libérer. Il glissa une main sous ses fesses, lui toucha l'anus.

— Non, pas là...

Il retira son doigt sans insister. Alors, elle accéléra ses propres mouvements de bassin, se portant de plus en plus haut à sa rencontre. Ses gémissements devinrent sifflants, heurtés. Elle s'accrochait à ses épaules, pressait ses hanches avec ses cuisses, roulait sa tête de droite et de gauche. Elle eut un cri bref quand il annonça qu'il jouissait.

Un peu plus tard, elle tenta de le déloger. Il résista :

— Attends un peu... On va recommencer... Après quelques secondes de silence, il ajouta :

— C'est pas un deuxième coup de suite qui va te faire peur, non ?

De fait, il était toujours aussi dur. Elle grimaça un sourire. Il avait l'air fier de lui, mais pour sa part, elle aurait préféré en rester là. L'envie brutale qui s'était emparée d'elle dans le bistrot était rassasiée. Elle avait eu ce qu'il lui fallait : un soulagement de son besoin immédiat. Elle n'en voulait pas plus. Mais elle ne pouvait pas refuser ce qu'il réclamait. D'ailleurs, il amorçait déjà des va-et-vient.

Il fut obstiné et patient, faisant coulisser sa queue en variant la cadence de ses coups de reins et les angles de pénétration jusqu'à ce qu'il la sente à nouveau prête à participer. Alors, il la sabra brutalement, cognant son pubis avec violence chaque fois qu'il la transperçait. Il parvint à lui procurer un second orgasme, avant de se laisser aller lourdement avec un soupir repu.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782362371585
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Le sexe en contrebande
Auteur
Editeur Sabine Fournier
Langue FR
Date de publication 01/01/2007

Droits numériques

Ean PDF 9782362371585
Type de protection Digital watermarking
Ean papier 9782909850740
Haut