chargement

Charmide ou de la Sagesse

éditeur : FV Éditions
catégorie : Sciences humaines et sociales > Philosophie
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Sans DRM
1,49 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

CHARMIDE, ou de la Sagesse

- Platon, in Oeuvres Complètes Tome V -

SOCRATE.

J’ÉTAIS arrivé la veille au soir de l’armée de Potidée, et m’empressais, après une si longue absence, de revoir les lieux que j’avais l’habitude de fréquenter. Je me rendis donc à la palestre de Taureas, vis-à-vis le temple du portique royal ; là je trouvai beaucoup de gens, quelques-uns qui m’étaient inconnus, mais la plupart de ma connaissance. Aussitôt qu’ils m’aperçurent, comme ils ne s’attendaient guère à me voir, tous de loin me saluèrent. Chérephon, toujours aussi fou qu’à l’ordinaire, s’élance du milieu de sa compagnie, et courant à moi, me prend par la main et me dit : O Socrate ! comment t’es-tu tiré de ce combat ? En effet, peu avant notre départ de l’armée, nous avions eu un engagement dont on venait de recevoir ici la première nouvelle.

Mais comme tu vois, lui répondis-je.Tout ce qu’on nous a annoncé ici, reprit-il, c’est que l’affaire a été très vive, et qu’il y a péri beaucoup d’hommes connus.

Et cette nouvelle est très vraie.

Tu as sans doute été à la bataille ?

J’y étais.

Viens donc ici, me dit-il, assieds-toi, et raconte-nous la chose ; car nous ne savons encore aucun détail. — Là-dessus, il me conduisit et me fit prendre place près de Critias, fils de Calleschros. Je m’assis, et mes amitiés faites à Critias et aux autres, je me mis à leur donner des nouvelles de l’armée : il me fallut répondre à mille questions.

Quand ils furent tous satisfaits, je voulus savoir à mon tour où en étaient ici la philosophie et les jeunes gens ; si quelques-uns s’étaient fait remarquer par leur instruction ou par leur beauté, ou par l’un et l’autre avantage en même temps. Alors Critias, tournant les yeux vers la porte, et voyant entrer quelques jeunes gens riant ensemble, et après eux beaucoup d’autres, me répondit : Quant à la beauté, Socrate, tu vas, je pense, à l’instant juger toi-même ce qui en est, car voici les précurseurs et les amans de celui qui jusqu’à présent du moins passe pour le plus beau. Sans doute lui-même n’est pas loin et va se rendre ici.

Qui est-ce donc, lui demandai-je, et de quelle famille ?

Tu dois le connaître ; mais avant ton départ il n’était pas encore parmi les jeunes gens. C’est Charmide, mon cousin, fils de mon oncle Glaucon.

Oui, par Jupiter ! je le connais, m’écriai-je, il n’était déjà pas mal alors, bien qu’il ne fût encore qu’un enfant ; mais ce doit être aujourd’hui un jeune homme tout-à-fait formé.

Tu vas voir, reprit-il, ce qu’il est devenu. Et comme il parlait, Charmide entra.

À dire vrai, mon ami, on ne peut guère là-dessus s’en rapporter à moi, qui suis bien la plus mauvaise pierre de touche pour apprécier la beauté des jeunes gens, car presque tous à cet âge me paraissent beaux. Celui-ci donc me parut d’une figure et d’une taille admirables ; et il me sembla que tous les autres étaient épris de lui, tant ils furent émerveillés et troublés lorsqu’il entra ; et parmi ceux qui le suivaient, il avait encore beaucoup d’amans. Que pareille chose nous arrivât, à nous autres hommes, il ne faudrait guère s’en étonner ; mais je remarquai que les enfans mêmes n’avaient des yeux que pour lui, et que, jusqu’au plus jeune, tous le contemplaient comme une idole.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782366688719
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Charmide ou de la Sagesse
Auteur
Editeur FV Éditions
Langue FR
Date de publication 16/07/2014

Droits numériques

Ean EPUB 9782366688719
Type de protection Aucune
Haut