chargement

Mon papa est en prison

éditeur : Gunten
catégories : Romans et nouvelles > Littérature française, Romans et nouvelles
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
0,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

-1-

Chez nous, la vie se déroulait comme un grand lé devant être posé sur un mur bien propre, bien droit, bien lisse. Tout ce qu’il fallait pour réaliser du bel ouvrage ! Mes parents, Mariette et Guytou Maurasse, habitaient Miremont. Moyenne bourgade sans beaucoup plus de prétention que celle d’être chef-lieu de son canton, Miremont se forçait depuis près de trois siècles à étaler en plein soleil ses maisons bourgeoises et ses quartiers minables. Impossible pour elle d’éviter le regard inquisiteur d’une montagne posée là par hasard.

En ces lieux spacieux, la vie allait. La vie venait. Se prenait parfois les pieds dans un tapis de feuilles mortes ou montrait sans plus de décence ses dessous au vent farceur. À chacun suffisait son labeur. À chacun la nuit apportait ses mauvais conseils. À chacun l’envie laissait un goût d’amertume. Le monde était monde et la mondia-lisation en cours se moquait éperdument de Miremont.

Comment deviner que certains fleurissaient à l’image des magnolias déchirant de leurs bourgeons pointus l’enveloppe des petits matins printaniers, alors que d’autres demeuraient mousses, lichens et parasites ? Que dire de cette faune qui oubliait si souvent d’ouvrir huis et fenêtres pour s’oxygéner ?

Aux limites de Miremont vaquaient les de la zone. Tous croulaient sous la masse des soucis qu’ils devaient trier journellement. Dans le but d’alléger cette charge, ils envahissaient les déchetteries, y déposant ici leurs peines et leurs chagrins, là leurs douleurs et leurs rancœurs. Le tout était incinéré à la périphérie de la cité miremontoise. Pour preuves… ces fumées qui se déployaient et tutoyaient les sommets de la montagne. Tout cela puait le malheur !

Dans la région, des gens sans emploi passaient leur temps à en chercher. Aux alentours, d’autres rêvaient de le quitter. Chacun s’épuisait vainement à défendre en pure perte un capital qu’il n’avait jamais acquis.

De jour en nuit, à Miremont le monde allait comme le monde peut aller. Quoi de plus banal ! Aucune raison de s’inquiéter davantage.

Pourtant… en butée de mon adolescence, je devins un sujet de sourde angoisse pour mon entourage immédiat, les Maurasse père et mère.

— Jenny ! Réfléchis ! Tu comprends… ce garçon… ? Sais-tu au moins qui il est ?

À cette date, les dix-huit ans me guettaient du coin du calendrier. Le bac avec mention plus qu’honorable n’était pas ma seule carte de visite. Il paraît que j’étais belle. L’étais-je ? Qu’importe ! Mais lui… Bastien ! Mon Bastien !... Ses lèvres se posèrent sur les miennes, m’imposant le silence pour mieux entendre battre tous nos sens. Et puis nos corps se racontèrent.

Il me mit à nu. Je le mis à nu. Il a fait mes gestes. J’ai fait les siens. Quand il est entré en moi, il n’a pas pu retenir tout son bonheur. Il me l’a donné entièrement. Et sur la page des frissons, d’émois en érections, de troubles en orgasmes, il advint quelques fois des éclipses de Bastien. Se dessinaient alors les interrogations avec un point gros comme la pleine lune figée dans un ciel de décembre.

— Jenny ! Réfléchis… Es-tu sûre de toi, sûre de vous ?

Bien au chaud, roulés tous deux dans la couette du temps qui fait les saisons, nos étreintes répondaient aux insidieuses questions. Mon Babou et moi n’avions rien à cacher. Je l’aimais. Il m’aimait. Je respirais comme il respirait. La greffe avait vraiment bien pris. Nous étions en partance pour le même voyage.

— De quoi vivrez-vous ?

Mes vingt et un ans photographiés en numérique, affichés sur l’écran de veille de mon ordinateur portable, j’ai décidé de prouver à Guytou et à Mariette que Babou et moi pourrions exister en nous nourrissant de ce pollen que les amoureux butinent chacun dans le souffle de l’autre.

— Avec Babou nous sommes parvenus à dénicher le propriétaire d’une vieille bicoque oubliée des cartes postales.

— Un toit pour vous à La Roche Molay ! Voilà de l’ouvrage pour Bastien.

La Roche Molay !

Le train du quotidien se contentait d’y tirer ses wagons heure par heure. Toutefois, la prudence y était de mise, tout individu y étant avisé qu’un jour pouvait en cacher un autre.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782366820256
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Mon papa est en prison
Auteur
Editeur Gunten
Langue FR
Date de publication 08/07/2013

Droits numériques

Ean EPUB 9782366820256
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9782914211772
Haut