chargement

Histoire de Marie Antoinette

éditeur : Myriel
catégorie : Histoire > Histoire de France
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Sans DRM
11,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

Il avait été construit, dans une île du Rhin, auprès de Strasbourg, un pavillon meublé par le garde-meuble du Roi ; ce pavillon devait être la maison de remise{12}. La Dauphine mettait pied à terre dans la partie du pavillon réservée à la cour autrichienne. Là, elle était déshabillée selon l'étiquette, dépouillée de sa chemise même et de ses bas, pour que rien ne lui restât d'un pays qui n'était plus le sien{13}. Rhabillée, elle se rendait dans la salle destinée à la cérémonie de la remise. Elle y était attendue par le comte de Noailles, ambassadeur extraordinaire du Roi pour la réception de la Dauphine, par le secrétaire du cabinet du Roi, et par le premier commis des affaires étrangères.

La lecture des pleins pouvoirs faite, les actes de remise et de réception de la Dauphine signés par les commissaires, le côté où se tenait la cour française de la Dauphine est ouvert. Marie-Antoinette se présente à sa nouvelle patrie ; elle va au-devant de la France, émue, tremblante, les yeux humides et brillants de larmes. Elle paraît : elle triomphe.

La Dauphine est jolie, presque belle déjà. La majesté commence en ce corps de quinze ans. Sa taille, grande, libre, aisée, maigre encore, et de son âge, promet un port de reine. Ses cheveux d’enfant, admirablement plantés, sont de ce blond rare et charmant plus tendre que le châtain cendré. Le tour de son visage est un ovale allongé. Son front est noble et droit. Sous des sourcils singulièrement fournis, les yeux de la Dauphine, d’un bleu sans fadeur, parlent, vivent, sourient. Son nez est aquilin et fin, sa bouche, petite, mignonne et bien arquée. Sa lèvre inférieure s’épanouit à l'autrichienne. Son teint éblouit : il efface ses traits par la plus délicate blancheur, par la vie et l’éclat de couleurs naturelles, dont le rouge eût pu suffire à ses joues{14}.

Mais ce qui ravit avant tout, dans la Dauphine, c’est l’âme de sa jeunesse répandue en tous ses dehors. Cette naïveté du regard, cette timidité de l’attitude, ce trouble et ces premières hontes où tant de choses se mêlent, embarras, modestie, bonheur, reconnaissance ; l’ingénuité de toute sa personne emporte d’abord tous les yeux, et gagne tous les cœurs à cette jeune Grâce exportant l’amour pudique à la cour de Louis XV et de la Dubarry !

Chaque personne de la suite autrichienne de la Dauphine est venue lui baiser la main, puis s’est retirée. Le comte de Noailles présente à la Dauphine son chevalier d’honneur, le comte de Saulx-Tavannes ; sa dame d’honneur, la comtesse de Noailles. Madame de Noailles, à son tour, lui présente ses dames : la duchesse de Picquigny, la marquise de Duras, la comtesse de Mailly et la comtesse de Tavannes ; le comte de Tessé, premier écuyer ; le marquis Desgranges, maître des cérémonies ; le commandant du détachement des gardes du corps, le commandant de la province, l’intendant d’Alsace, le préteur royal de la ville de Strasbourg, et les principaux officiers de sa maison.

La Dauphine monte dans les carrosses du roi pour entrer dans la ville. Les régiments de cavalerie du Commissaire-Général et de Royal-Etranger, en bataille dans la plaine, la saluent. Une triple décharge de l’artillerie des remparts, les volées des cloches de toutes les églises annoncent son entrée en ville. À la porte de la ville, le maréchal de Contades reçoit la Dauphine devant un magnifique arc de triomphe. En passant devant l’hôtel de ville, la Dauphine voit couler les fontaines de vin pour le peuple. Elle descend au palais épiscopal, où le cardinal de Rohan la reçoit avec son grand chapitre, les comtes de la cathédrale : le prince Ferdinand de Rohan, archevêque de Bordeaux, grand prévôt ; le prince de Lorraine, grand doyen ; le comte de Trucksès, l’évêque de Tournay, les comtes de Salm et de Mandrechied, le prince Louis de Rohan, coadjuteur ; les trois princes de Hohenlohe, les deux comtes de Kœnicgsee, le prince Guillaume de Salm, et le jeune comte de Trucksès. La Dauphine embrasse le cardinal de Rohan, le prince de Lorraine, et les princes Ferdinand et Louis de Rohan ; puis tous les corps sont présentés à là Dauphine. Les dames de la noblesse de la province ont l’honneur de lui être nommées. La Dauphine dine à son grand couvert, et permet au magistrat de lui présenter les vins de la ville pendant que les tonneliers exécutent une fête de Bacchus, formant des figures en dansant avec leurs cerceaux.

Le soir, la Dauphine se rendait à la Comédie française. A son retour elle trouvait toutes les rues illuminées, une colonnade et des jardins de feu vis-à-vis du palais épiscopal. A minuit, elle allait au bal donné par le maréchal de Contades, dans la salle de la Comédie, à toute la ville, à la noblesse, aux étrangers, aux officiers de la garnison, aux bourgeois et aux bourgeoises, habillés à la strasbourgeoise et parés de rubans aux couleurs de la Dauphine.

Le 8, la Dauphine recevait les personnes présentées, admises à lui faire leur cour, les députations du canton et de l’évêque de Bâle, de la ville de Mulhausen, du conseil supérieur d’Alsace, du corps de la noblesse et des universités luthérienne et catholique. Elle se rendait à la cathédrale, à la porte de laquelle le prince Louis de Rohan, en habits pontificaux, accompagné des comtes de la cathédrale et de tout le clergé, venait la complimenter. Saluant d’avance la promesse d’une union si belle, il disait : « C’est l’âme de Marie-Thérèse qui va s’unir à l’âme des Bourbons ! »

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782369460107
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Histoire de Marie Antoinette
Auteurs ,
Editeur Myriel
Langue FR
Date de publication 01/01/2015

Droits numériques

Ean EPUB 9782369460107
Type de protection Aucune
Haut