chargement

Économie du Développement Références africaines Théories Économiques et sous-développement Tome 1

éditeur : NENA
catégorie : Économie > Economie du développement
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Sans DRM
31,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

« La crise du développement est aussi une crise de la théorie du développement. La seule croissance économique, même rapide, n’apporte pas de solution aux problèmes sociaux, n’élimine pas la misère et le chômage. Pour amorcer un processus de développement de longue haleine, il faut beaucoup plus qu’une modernisation parcellaire de l’appareil de production et le mirage d’une urbanisation effrénée ».

I - Sachs

Le concept du développement a suivi depuis son apparition chez les économistes classiques, jusqu’à nos jours, une évolution désordonnée : accepté au siècle dernier comme l’objectif de toutes les nations, ses théories seront rejetées par la suite avec mépris par l’orthodoxie néo-classique dominante. Actuellement réhabilité, il intègre parfaitement le discours à la fois des économistes, des politistes et des sociologues.

Dans la maïeutique de la science économique, doit-on considérer l’économie du développement comme un savoir autonome au même titre que la macroéconomie, la microéconomie, l’économie internationale, les finances publiques ou alors est-elle simplement un chapitre des théories macroéconomiques ? Quel est exactement son statut dans la Science économique ?

I - Naissance de l’Économie du Développement

Si le développement économique a dominé la Science économique dès son origine au 18ème siècle avec les travaux d'Adam SMITH (1776), le débat sur l'économie du développement comme problématique et questionnements spécifiques sur les pays sous-développés commence seulement au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale et en pleine guerre froide. Confirmation, le Président des États-Unis Harry TRUMAN, à l’occasion de son discours sur l'état de l'Union, le 20 janvier 1949, utilise pour la première fois le terme de développement pour justifier l'aide aux PSD dans le cadre de la lutte contre le communisme en pleine expansion. Il y déclara clairement que le devoir des pays du Nord capitalistes, qualifiés de pays développés, est de diffuser leurs technologies et de distribuer leur assistance aux pays qualifiés de « sous-développés », afin qu'ils se rapprochent du modèle occidental de société. C'est dire que Aujourd'hui, les études d'économie du développement sont essentielles au moins pour trois raisons :

La première est que la Science économique ne saurait se limiter à l'explication des problèmes du développement à partir des hypothèses exclusives de l'homo-economicus et de l'individualisme méthodologique, si tant est qu’elle a vocation à être la servante des sociétés, de toutes les sociétés. D’ailleurs, comme nous le verrons plus loin, l’une des critiques de l’analyse néo-classique concerne l’extrême fragilité des hypothèses de l’homo-economicus et de la rationalité. Le holisme est systématiquement ignoré même s’il est une caractéristique dominante dans certaines sociétés. Dans le schéma néo-classique, la société se réfère à des individus « émancipés » conscients de leur existence et des rapports sociaux qu’ils alimentent. Or, il n’en va pas ainsi dans la plupart des pays en développement où la collectivité, le groupe priment sur l’individu. La rationalité d’un individu ne dépend pas toujours et uniquement de sa satisfaction personnelle, de son utilité (NDIAYE, 1999; SEN, 1983).

La seconde raison provient du fait que les études du développement dans des aires par essence précapitalistes et non occidentales sont utiles et importantes. Elles nécessitent la recherche d'instruments analytiques appropriés pour obtenir des résultats pertinents. Comme l'observe A. HIRSCHMAN (1984), on ne saurait aborder l'étude des économies sous-développées sans modifier profondément, sous un certain nombre de rapports importants, les instruments et données de l'analyse économique traditionnelle, axée sur les pays industrialisés.

La troisième raison est que l'Économie du Développement conduit, par la diversité des champs disciplinaires concernés, à constater la difficulté à dissocier analyse scientifique et vision idéologique.

II - La difficulté de trouver un statut à l’économie du développement dans la Science économique qui est devenue une entreprise gigantesque.

La place de l’économie du développement dans le corpus théorique de la Science Économique est fortement controversée. Toutes les réflexions sur le développement soulèvent des controverses et des clivages théoriques relatifs à la caractérisation du sous-développement et aux stratégies à mettre en œuvre pour en sortir. Ces réflexions théoriques peuvent se ramener à deux courants qui correspondent à des visions différentes : le premier comprend les analyses qui tentent de replacer l’économie du développement dans le champ de l’économie néo-classique standard qui ignore notamment la dimension historique du sous-développement et le deuxième courant regroupe toutes les analyses alternatives qui postulent l’existence de spécificités communes à un ensemble de pays condamnés à réaliser des transformations qui les rendent aptes à déclencher un processus auto-entretenu de croissance. C’est l’ensemble de ces théories qui fondent l’économie du développement.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782370154538
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Économie du Développement Références africaines - Théories Économiques et sous-développement Tome 1
Auteur
Editeur NENA
Langue FR
Date de publication 01/01/2015

Droits numériques

Ean EPUB 9782370154538
Type de protection Aucune
Haut