chargement

Le luxe - En 40 pages

éditeur : Uppr Editions
catégorie : Sciences humaines et sociales
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Digital watermarking
4,49 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

Introduction

La notion de luxe est une notion difficile. Le terme lui-même n’est pas sans favoriser quelques glissements de sens. En français, on l’a fait venir du latin lux, la lumière, et on lui a parfois donné pour dérivé luxuria, la luxure, voire le lucre, même s’il vient en fait de l’adjectif latin luxus, « mis de travers », d’où le mot luxation, et semble donc devoir signifier un excès dans la manière de vivre, le faste ou encore la débauche. Et ce qui est vrai en français l’est aussi dans d’autres langues. Si, maintenant, on oublie le mot et se tourne du côté du concept, les difficultés demeurent. D’une part, le concept implique un ensemble variable et fluctuant d’éléments constitutifs : le coût, la rareté, la beauté, l’unicité, la dépense, l’éternité, le loisir, le bien-être. D’autre part, il convoque des concepts connexes : goût, élégance, distinction ou raffinement qui, sans aider à sa définition, participent à sa manifestation. À l’imprécision du concept répond en outre la relativité de l’objet. Le luxe change en effet selon les époques et les civilisations et, quand bien même, pour une civilisation ou une époque donnée il montrerait une certaine stabilité, il est pour le moins travaillé par la subjectivité des individus, le luxe de l’un n’étant jamais tout à fait le luxe de l’autre.

Renoncer aux définitions et se placer du côté de la pratique commerciale n’apporte guère plus d’assurance. Quand on s’emploie à distinguer entre les différents produits de luxe, les catégories varient en effet presque autant qu’il y a d’auteurs ou d’institutions. Que les classifications du comité Colbert, qui, depuis 1954, regroupe les principaux acteurs du marché et semblent pouvoir faire autorité, puissent, à l’occasion, être remises en question est très significatif de cette hésitation. Sans doute peut-on, d’une manière générale, repérer trois grands cercles : un premier de super-luxe avec la haute couture, la haute joaillerie, l’horlogerie de luxe, les œuvres d’art, l’argenterie, les palaces, les automobiles, les yachts, un second de valorisation sociale avec les foulards, le prêt-à-porter, les accessoires, les bagages ou les montres et un troisième de luxe de sensations et de plaisirs avec les parfums, les loisirs, la gastronomie et le sport. Toutefois, il reste que si « toute tentative de définition substantielle des produits de luxe ou de l’industrie du luxe – ainsi que le relevait en 1994 une enquête du CERNA commanditée par le Comité Colbert – capture sans aucun doute certaines caractéristiques de ces produits ou de cette industrie, (elle) est inopérante pour en délimiter de manière précise le périmètre ».

Réfractaire à toute définition, hostile à toute classification, le luxe l’est donc à l’évidence. C’est qu’il est avant tout une affaire de représentations, et affaires de représentations collectives faut-il ajouter, car il ne suffit pas pour qu’un produit soit donné comme de luxe qu’il soit rare et coûteux par exemple, mais il faut aussi qu’il soit désiré par un nombre relativement important de personnes. Que, d’une part, un produit de luxe se doive de raconter une histoire, souvent celle de la légende d’une marque, pour avoir ce rayonnement singulier propre aux objets magiques et que, d’autre part, le créateur dudit produit impose ses goûts plus qu’ils ne lui sont imposés par ses clients achèvent de le poser dans l’imaginaire et de confirmer que le luxe est dès lors fondamentalement une formation imaginaire.

Sans doute est-ce parce qu’on n’a pas voulu lui reconnaître cette dimension anthropologique majeure que le luxe reste encore aujourd’hui un objet mal défini et quelque peu mystérieux. Et, par conséquent, faute d’avoir fait l’effort d’adapter les méthodes d’analyse à l’objet d’analyse, la plupart des études consacrées au luxe, quelles soient philosophiques, sociologiques ou économiques, ont en quelque sorte manqué leur cible.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782371680333
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Le luxe - En 40 pages
Auteur
Editeur Uppr Editions
Langue FR
Date de publication 26/10/2015

Droits numériques

Ean EPUB 9782371680333
Type de protection Digital watermarking
Haut