chargement

Le street art en question(s)

éditeur : Uppr Editions
catégories : Sciences humaines et sociales > Sociologie, Sciences humaines et sociales
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Digital watermarking
4,49 €
Lecture multi-support

Résumé

Premier coup d’œil : le street art comme métaphore d’une humanité globalisée ?

Le street art, comme intervention artistique dans l’espace public, est aujourd’hui entré dans les mœurs, au moins en France, comme cela put se voir lors des dernières Journées du Patrimoine (19-20 septembre 2015). Il est reconnu artistiquement, politiquement, même s’il continue d’irriter certains. On dit que c’est un phénomène « nouveau ». Mais à quand dater cette nouveauté ? La datation elle-même est l’enjeu d’influences culturelles, politiques et géopolitiques. En quoi apporte-t-il de la nouveauté ? « Qu’est-ce que ça change ? », comme on dit. Griffonner clandestinement les murs, ou les peindre selon une commande publique pour faire du décor urbain, tout cela est vu et revu depuis des lustres. De longue date les artistes ont vu dans les graffiti une sorte de geste artistique primaire et populaire, comme ce dessin de Pieter van Lier représentant des bambocheurs devant un mur de graffiti.

S’agit-il d’un nouveau genre visuel, d’un nouveau style, d’une nouvelle manière ? N’est-ce qu’une affaire d’artistes, ou les artistes ne se retrouvent-ils pas au cœur d’enjeux sociétaux globaux ?

Le street art est devenu un phénomène quasi universel puisque ce qui était initialement interprété comme du « graffiti » vandale ou rebelle a investi tous les pays, riches ou pauvres, tous les lieux, nobles ou ignobles, tous les milieux, analphabètes ou savants, toutes les activités humaines, artistiques ou scientifiques. La cartographie du street art ne se réduit pas à un courant international comme l’histoire de l’art en a connu (Renaissance, baroque, romantisme, surréalisme), mais couvre l’ensemble de la planète, au point que le site Fat Cap présente une planisphère dont peu de régions du monde sont exclues. Il met en œuvre la mobilité contemporaine, en premier lieu celle des artistes qui disséminent leur style et leur signature à tout vent. Le street art est une diaspora de l’esprit créatif, une pollinisation du monde de rue en rue. C’est pourquoi les hommes politiques le pourchassent comme puissance d’altération autant qu’ils veulent le capturer comme force de séduction.

Ce n’est plus un art émergent, mais une activité polymorphe, hétérogène aux multiples résonances culturelles et cultuelles, sociales et humanitaires, politiques et géopolitiques. On trouve du street art dans les rues et les galeries, les mairies et les ministères, les penthouses et les favellas, le C.E.A. de Saclay et les squats altermondialistes, la publicité et les entreprises, les écoles et les hôpitaux, la police et les tribunaux, les beaux-arts et le design, la bande dessinée et le cinéma, l’action humanitaire et la propagande, la politique et la religion, la haute couture et les produits dérivés, le luxe et la misère, etc. Jamais auparavant dans l’histoire de l’art un mouvement n’avait produit une telle onde de choc, sauf peut-être le rock’n roll. En cela le street art s’inscrit dans la ligne d’un pop art polyvalent et pluridisciplinaire. Ces extension et expansion planétaires ont été thématisées par deux artistes français de réputation mondiale. Space Invader, dont les mosaïques étaient une bagatelle locale avant de devenir un jeu de piste mondial avec géolocalisation, le jeu vidéo des Envahisseurs donnant lieu à des variations indéfinies et étant une métaphore du geste invasif du street artiste. Et JR, dont les photographies urbaines collaboratives mobilisent des « communautés » transnationales. Son People’s art project dit ce qu’il veut dire : l’art est la représentation de tous par tous partout. En cela le street art dissout les frontières nationales, patiemment composées et arrêtées par les hommes politiques.

-->
-->

Lire la suite...

Du même auteur

Genre, sexe et égalité

Editions L'Harmattan - 1 mai 2014 - Thèmes de société
La notion de genre est mise en regard du concept de sexe, dont on défend la pertinence politique et d'égalité comme horizon d'une émancipation, d'un bien vivre-ensemble. De nombreux champs sont couverts, de la philosophie politique aux arts contemporains en passant par la théo...
10,99 €
Acheter

Commentaires des lecteurs

9782371680562
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Le street art en question(s)
Auteur
Editeur Uppr Editions
Langue FR
Date de publication 08/04/2016

Droits numériques

Ean EPUB 9782371680562
Type de protection Digital watermarking
Haut