chargement

Transhumanisme et posthumanisme Nos futurs en mode « cyber » ?

éditeur : Uppr Editions
catégories : Sciences humaines et sociales > Sociologie, Sciences humaines et sociales
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Digital watermarking
4,49 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

INTRODUCTION Quel(s) futur(s) pour l’Homme ?... Si nul ne peut savoir ce que sera l’avenir, certains courants – transhumanisme, extropianisme, posthumanisme – non seulement proposent des prospectives à ce propos et prônent des idées qui peuvent apparaître utopiques, mais surtout développent de très concrètes recherches vouées à provoquer une réelle (trans)mutation prochaine de l’être humain…

Le transhumanisme dont le glyphe est « h+ » (Humanity Plus) est un mouvement de pensée né dans les années 1960 et représenté par des philosophes et une frange de la communauté des scientifiques et chercheurs en robotique et en NBIC : il est ainsi étroitement corrélé aux sphères des sciences et technologies de très haut niveau. Le terme transhumain est la contraction de humain de transition et il se réfère à une étape intermédiaire entre l’humain actuel et le posthumain : il nomme le premier stade des proches et nouvelles évolutions de l’être humain prédites par ces chercheurs du fait des innovations scientifiques, numériques et technologiques qui sont en développement de plus en plus rapides et vont croissant. Le h+ et ses prolongements, l’extropianisme et le posthumanisme, anticipent ainsi le futur de l’humanité et veulent, grâce à ces sciences et technologies avancées, faire progresser les caractéristiques physiques et mentales de l’homme pour lui permettre, en tant qu’espèce tout autant qu’en tant qu’individu, de perdurer, de préserver les corpus acquis, de poursuivre l’évolution et même d’opérer un considérable bond évolutif : h+, extropianisme et posthumanisme proposent des futurs qui, pour ces scientifiques, sont à la fois possibles et hautement souhaitables. À l’extrême d’ailleurs, ils visent même à faire quasi table rase de l’humain – du moins de l’humain tel que nous le connaissons et le reconnaissons encore aujourd’hui…

Quel(s) futur(s) pour l’Homme ?…

Voilà une grande question !… Elle comporte deux aspects : la notion d’Homme et celle de futur.

Qu’est donc l’Homme ? On le sait, il est le produit d’une évolution venant des premiers hominidés (il y a ca 2 millions d’années) pour aboutir à cette unique branche restante qu’est l’homo sapiens sapiens que nous connaissons aujourd’hui. Pour le h+ : quelle lenteur dans cette évolution !... Et d’ailleurs, mise à part la quantité de savoirs acquis et utilisés au cours des âges, y aurait-il de réelles différences entre notre proche ancêtre, l’homme de Cro-Magnon (-40 000 à -10 000 ans), et nous-mêmes ? Le h+ répond : non, guère… Et il souligne aussi que l’être humain est tellement limité !... Il est limité par les vulnérabilités de son corps ainsi que par l’insuffisance de ses sens et de ses aptitudes physiques. Il est limité dans sa latitude de se déplacer – ne dépassant guère les territoires offerts par la petite boule qu’il nomme la Terre – et dans sa liberté et ses champs d’action – pour lesquels il a impérativement besoin d’oxygène, d’eau, de nourriture… Il est limité dans ses talents, dans ses pouvoirs et dans ses capacités intellectuelles et psychomentales… Et d’ailleurs aussi, l’Homme est limité parce que, au bout de sa vie somme toute très courte car ne dépassant pas, au plus, une dizaine de décades, il y a la dégénérescence de la vieillesse et l’implacabilité de la mort… Le h+ fait le constat que l’Homme d’aujourd’hui, comme le dit la chanson, ne peut guère que se borner à faire « trois petits tours et puis s’en va ! »…

Alors, le h+ interroge : ne pourrait-on pallier à ces limitations ?! Et si oui : comment ?...

Quant à la notion d’avenir : qui dit « futur pour l’Homme » présuppose que celui-ci puisse survivre et qu’il ait effectivement un avenir. Oui mais… L’espèce humaine est-elle réellement viable à relativement courte échéance ?... – car il est de fait que de considérables et très rapides changements sont en cours et que la lenteur de l’évolution naturelle pourrait ne pas lui permettre de s’y adapter. Comme il serait donc utile et intéressant de booster ce trop lent processus évolutif… Oui, bien sûr. Et là aussi : comment y parvenir ?...

Oui : comment donc opérer les mutations nécessaires à la survie et au perfectionnement de l’espèce humaine ? H+ et ses branches et prolongements visent à trouver des réponses à cette question, et non seulement des réponses mais aussi des moyens efficaces pour produire un être humain plus évolué, pourvu de capacités supérieures, cessant largement d’être limité dans ses perspectives de développement par une trop courte durée de vie et acquérant donc cette disponibilité inestimable qu’est le temps : le temps d’apprendre, de créer, de s’ouvrir au vaste univers et d’y essaimer… Et pourquoi ne pourrait-il pas aussi approcher l’immortalité et conquérir l’univers ?… Les moyens pour tout cela, le h+ est certain de pouvoir les trouver dans les possibilités et prospectives scientifiques et dans les considérables et rapides avancées technologiques de pointe. Et ce serait pour quand ? Pour dans quelques décades, sans doute à partir de 2050…

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782371680609
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Transhumanisme et posthumanisme - Nos futurs en mode « cyber » ?
Auteur
Editeur Uppr Editions
Langue FR
Date de publication 25/05/2016

Droits numériques

Ean EPUB 9782371680609
Type de protection Digital watermarking
Haut