chargement

L'humanisme en marche

éditeur : Uppr Editions
catégories : Sciences humaines et sociales > Sociologie, Sciences humaines et sociales
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Digital watermarking
4,49 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

Avant propos

La démarche humaniste ne peut se satisfaire de seules déclarations de principes et appelle en toutes choses des traductions concrètes améliorant la condition humaine. En ce sens, la démocratie et l’Etat de droit, aussi imparfaits soient-ils, ont indéniablement constitué une avancée considérable pour le progrès de l’humanité, même si ce progrès est et demeure très inégalement réparti et partagé. Le rapport entre l’économique et le social encadré par une puissance publique jusqu’ici incarnée par l’Etat et un intérêt général inspirés et relativement assujettis à des principes généraux tels que la Déclaration universelle des droits de l’Homme ont ainsi permis à de grandes nations de dépasser des antagonismes historiques, qu’ils soient culturels ou idéologiques, et d’améliorer les conditions de vie. Il a fallu des millénaires pour que soit globalement admis que la seule raison qui régisse les rapports humains ne soit plus celle du plus fort, de par la naissance ou la richesse ou la volonté de quelques-uns et que les plus faibles se voient eux aussi reconnus comme ayant progressivement droit à un minimum d’humanité. Et il aura fallu plusieurs siècles pour que la raison et les besoins de l’économie ne servent plus à leur tour à justifier l’asservissement de l’homme, voire la négation de l’humanité des plus modestes.

La plus forte illustration de ce long et difficile cheminement dans l’histoire de l’homme, est l’abolition formelle et légale de l’esclavage. Et il aura fallu, pour qu’elle aboutisse, que des arguments économiques viennent renforcer les considérations morales et tout simplement humaines (2). La France post-révolutionnaire et pays des droits de l’Homme n’était pas la dernière à la refuser quand les planteurs de tabac réussirent à convaincre Napoléon qu’elle serait une catastrophe pour l’économie au motif (déjà) que la charge et le coût en seraient trop élevés.

Mais, dans le nouveau monde qui s’annonce, avec une rapidité de mutation sans précédent, la mondialisation est anarchique, que ce soit de l’économie, de l’information ou des sciences et des technologies, qui n’obéissent qu’à leurs propres logiques et échappent aux équilibres et contre-pouvoirs qui commençaient à apparaître dans le vieux monde finissant qui est le nôtre et dans le cadre « national » des pays les plus développés. Le risque est que nos fragiles acquis tombent très vite en désuétude... et que les logiques propres à une économie financiarisée, à des avancées technologiques et scientifiques non maîtrisées échappent à tout contrôle de l’Homme et ne le réduisent qu’à un rôle de consommateur-spectateur-cobaye totalement impuissant.

Comme nous l’avons rappelé dans « L’humain face aux mutations (3) », les formes traditionnelles et actuelles de la résistance du combat collectif s’avèrent sans effet, parce que uniquement défensives et sans aucune créativité, occultant les réalités des temps nouveaux qui s’annoncent. « Toutes sont dans l’impasse parce qu’elles s’attachent à combattre un système politique qui n’existe pas (la technofinance n’est pas une politique) pour défendre une société et des humains... qui n’existent déjà plus ». Comme se plaît à le rappeler le Professeur Escande : « Il en va de nos sociétés comme des pendules : on ne répare pas une Swatch… ou une Rolex, avec les outils qui conviennent à une pendule à coucou ».

Les menaces de demain ne sont plus la féodalité, ni le religieux, ni le retour des idéologies anciennes. Elles nous semblent être dans l’économie financiarisée et mondialisée, la « techno-finance », un système en quelque sorte auto-créé, qui soumet à ses seules règles et aliène aussi bien l’Entreprise que l’Homme.

C’est pourquoi il nous semble aujourd’hui important de rappeler et fixer dans nos mémoires une des plus grandes avancées dont l’homme est capable : celle qui consiste à bâtir une relation humanisée ente le monde économique et celui du travail.

Cette relation humanisée n’est encore qu’une esquisse au niveau mondial, mais elle commence timidement et à la seule échelle de quelques pays, à dessiner un équilibre fondé sur le dialogue social (Chapitre 1) et le droit du travail (Chapitre 2), remettant en cause et proposant une issue aux rapports historiques de forces et conflits, entre des logiques jusqu’ici jugées contradictoires.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782371680760
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre L'humanisme en marche
Auteur
Editeur Uppr Editions
Langue FR
Date de publication 20/08/2016

Droits numériques

Ean EPUB 9782371680760
Type de protection Digital watermarking
Haut