chargement

De l'ouragan à la catastrophe au Guatemala - Nourrir les montagnes

éditeur : Karthala
catégorie : Nature et animaux > Ecologie et ressources naturelles
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

PDF

Digital watermarking
20,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

De la catastrophe nationale au désastre local

Menaces naturelles dans l’histoire du Guatemala

La République du Guatemala, destination connue dans le secteur du tourisme comme celle de l’éternel printemps, est aussi le pays de l’éternelle violence (Le Bot, 1992, 1994; Bataillon, 2003) et du risque permanent de menaces naturelles (Gellert, 2003). Dans son rapport de 2009, le Secrétariat de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes de l’ONU situe le Guatemala, à une échelle mondiale, parmi les dix pays les plus exposés au risque de mortalité par les menaces de glissements de terrain, par les tremblements de terre et par des « menaces multiples » (UNISDR, 2009). Entre l’océan Pacifique au sud, et l’océan Atlantique au nord-ouest, la géographie de la République du Guatemala est dotée d’une morphologie diversifiée composée de hautes montagnes, volcans, vallées, plaines alluviales et côtières qui la prédispose à l’incidence d’un vaste nombre d’aléas hydrométéorologiques. L’alignement des 37 volcans sur le territoire national qui bordent l’océan Pacifique coïncide de plus avec un ensemble de plaques tectoniques et de failles nommé « la ceinture de feu du Pacifique ».

Le Centre for Research on the Epidemiology of Disasters (CRED) réalise et actualise une base de données intitulée « EM-DAT, The International Disaster Database ». Cette dernière recense les catastrophes naturelles les plus importantes par pays au cours du dernier siècle en termes de nombre de victimes décédées, de nombre de personnes affectées et de dégâts financiers occasionnés. Dans le « Tableau 1 : Catastrophes naturelles au Guatemala » se trouve une classification de ces événements. Les bases de données du CRED réservent l’appellation « catastrophe » aux « grandes catastrophes » entendues comme les événements qui réunissent au moins une des quatre caractéristiques suivantes: dix ou plus de personnes décédées, cent ou plus de personnes affectées, un appel à l’aide internationale ou la déclaration d’un état d’urgence. Il existe bien sûr d’autres bases de données en épidémiologie des catastrophes. L’une d’elles s’intitule DesInventar: Inventario de Desastres. Elle est le fruit de la collaboration de scientifiques appartenant au Réseau d’études sociales en prévention des catastrophes en Amérique latine (LA RED). LA RED considère comme une « catastrophe » tout type d’effets néfastes pour les vies, les biens et les infrastructures provoqués par divers phénomènes destructeurs, considérés habituellement comme naturels: depuis le handicap ou la mort d’un être humain, la perte d’une habitation jusqu’aux tremblements de terre, les sécheresses ou les situations de famine. Ce point de vue amène à prendre en compte les « petites » et « moyennes » catastrophes qui ont toutefois, rappelle García-Acosta (2008b), les mêmes causes et la même origine que les catastrophes de grande magnitude. Selon les indicateurs du CRED ou ceux de LA RED, la définition de ce qu’est une catastrophe varie radicalement. Juan Hernández Pico (2005) fait ainsi remarquer que, depuis ces deux perspectives, le Rapport mondial sur les catastrophes de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (dont les données sont extraites des bases de données du CRED) énumère 1 057 catastrophes en Amérique latine entre 1991 et 2000, alors que DesInventar en enregistre 1954 uniquement au Guatemala pour la même période. Sur la période de 1988- 1998, le CRED recense 19 catastrophes pour le Guatemala alors que DesInventar en retient 1666.

Malgré la relativité de la quantification des « catastrophes », les bases de données nous apprennent combien les événements naturels affectent, et ont affecté, l’histoire du pays. Ils font du Guatemala un laboratoire particulièrement fécond pour l’analyse anthropologique des catastrophes appelées communément « naturelles ».

Si les bases de données en épidémiologie des désastres informent généralement sur les effets d’un événement sur une échelle nationale, dans un travail ethnographique, il est nécessaire de distinguer les différents niveaux d’impact que peut provoquer un phénomène naturel à l’échelle d’un pays, d’une région ou d’une localité. Révélatrices de l’occurrence des menaces naturelles dans l’histoire du Guatemala et de leurs conséquences, les données émises par exemple par le CRED informent de manière peu significative sur les conséquences régionales de ces menaces. En effet, les impacts des événements naturels dans un même pays divergent localement. Ainsi, les tableaux qui classifient les occurrences des types d’événements naturels et leurs moyennes de taux de mortalité, de taux d’affectation ou de dégâts matériels peuvent être éloignés des réalités locales. Par exemple, alors que le tremblement de terre de 1976 est évalué par le CRED comme le premier événement en importance au niveau national en ce qui concerne les dégâts financiers et le nombre de personnes touchées, et comme le second événement pour le taux de mortalité, ce même tremblement a affecté le département de Quetzaltenango dans une bien moindre mesure. Il est d’ailleurs très peu évoqué par les Tinecos. À l’inverse, des événements dont les dégâts sont restés circonscrits à une échelle locale ne sont parfois pas relevés dans les bases de données. L’analyse anthropologico-historique des catastrophes s’avère dès lors extrêmement pertinente car elle permet, par un dialogue entre histoire et sciences sociales, de croiser des sources ethnographiques avec des sources écrites (García-Acosta, 2004; 2008b). Cette double approche permet de combiner des réflexions sur le temps court, celui qui est à l’échelle des individus, et sur le temps long, celui de l’histoire.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782811115302
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre De l'ouragan à la catastrophe au Guatemala - Nourrir les montagnes
Auteur
Editeur Karthala
Langue FR
Date de publication 12/02/2016

Droits numériques

Ean PDF 9782811115302
Type de protection Digital watermarking
Ean papier 9782811115296
Haut