chargement

Les fondamentalistes de l'identité Laïcisme versus djihadisme

éditeur : Karthala
catégorie : Sciences humaines et sociales > Sciences Politiques
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

PDF

Digital watermarking
7,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Du danger de se définir un ennemi

Ces dernières années, la France a payé un lourd tribut au djihadisme. Elle n’a pas été la seule à être frappée, tant s’en faut, mais elle l’a été plus rudement et plus durablement que d’autres. Les raisons en sont multiples, et délicates à hiérarchiser. Habile à tirer les leçons des attentats de 1995-1996, commandités par des Etats, elle l’a moins été à prévenir un terrorisme polycentrique émanant de deux réseaux transnationaux et globaux, Al-Qaida et Daech, qui « franchisent » à l’occasion leurs activités. La réforme malheureuse de 2008 a désorganisé ses services de renseignement, et la renonciation à la police de proximité instaurée par le gouvernement Jospin les a coupés des quartiers populaires que les méthodes brutales des BAC ont braqués. Les turbulences politiques en Afrique du Nord et en Syrie les ont privés de certaines de leurs sources traditionnelles, tandis que les pesanteurs de l’alliance avec les pétromonarchies du Golfe, ou avec des régimes autoritaires dits laïcs mais prompts à jouer la carte de l’islam contre la gauche, incitaient à une certaine indulgence à l’égard des réseaux salafistes.

Deux autres facteurs sont intervenus : le chômage de masse, depuis les années 1970, qui a déstructuré des générations et des quartiers entiers ; la chronologie de l’immigration africaine, largement musulmane, qui est plus ancienne que dans la plupart des autres pays européens, et a créé un effet de loupe en rendant plus présent l’islam à un moment où reculait la conscience religieuse de la majorité catholique. Les djihadistes français reflètent cette réalité sociologique. Appartenant pour 70 % d’entre eux à la « seconde génération », issus de milieux défavorisés, ils opèrent en bandes de copains et par fratries, voire en famille. Le fait troublant est leur nombre, élevé. Sur le territoire du « califat », ils sont les plus présents, et les plus hauts en grade. Le français semble y être la langue étrangère la plus parlée (ce à quoi contribue le contingent belge des combattants, lui aussi particulièrement fourni par rapport à la population totale du royaume qui est, soit dit en passant, l’un des Etats les plus laïques d’Europe, même si la séparation y est plus souple et coopérative qu’en France, et dans lequel sévit également un fort chômage.)

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782811117429
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Les fondamentalistes de l'identité - Laïcisme versus djihadisme
Auteur
Editeur Karthala
Langue FR
Date de publication 14/11/2016

Droits numériques

Ean PDF 9782811117429
Type de protection Digital watermarking
Ean papier 9782811117412
Haut