chargement

Les bretons dans la Grande Guerre : Les semailles de guerre - Tome 4

éditeur : Coop Breizh
catégorie : Histoire > Histoire de France
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
10,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

A la date du 14 septembre 1914, la retraite allemande succédant à la bataille de la Marne est considérée comme achevée1. Elle entraîne ipso facto la stabilisation du front et prend aussitôt la forme d’une guerre de tranchées.

Pour la clarté de notre étude et pour mieux comprendre par la suite le positionnement des troupes bretonnes, voyons rapidement comment se présente le front côté français à cette date charnière du 14 septembre.

A l’aile est, Joffre vient (le 13) de fragmenter la lre armée du général Dubail en trois groupements chargés du secteur compris entre Nancy et Belfort. Le groupement des Vosges (général Putz) tient les cols des Vosges, le groupement central commandé par Dubail lui- même possède Saint-Dié, Raon-l’Étape, Baccarat et l’est de la Meurthe, le groupement de Nancy (général Taverna), relevant de l’autorité du général Curières de Castelnau, chef de la 2e armée, se trouve en position défensive devant Lunéville, se couvre à Pont-à-Mousson face au camp retranché allemand de Metz et, en Woëvre, protège jusqu’aux abords sud de Verdun les débouchés vers la Meuse. Le général Sarrail avec sa 3e armée enveloppe étroitement le saillant du camp retranché de Verdun et, en Argonne, positionne ses têtes de colonne sur une ligne est-ouest passant au sud de Vauquois jusqu’aux Islettes. La 4e armée du général de Langle de Cary vient s’aligner à la gauche de la 3e armée, au niveau de la forêt d’Argonne (La Harazée, bois de La Gruerie) et se maintient au contact à Ville-sur-Tourbe, Massiges, Le Mesnil-lès-Hurlus, Hurlus, toutes localités de la Champagne pouilleuse.

Toujours vers l’ouest, la 9e armée du général Foch dont le centre a progressé de 60 km en trois jours et demi (le 11e corps de Nantes en particulier), tente en vain de pousser au-delà de l’ancienne voie romaine au nord de Suippes, Mourmelon, Prosnes, Prunay : la IIIe armée saxonne du général von Einem, tout nouveau successeur de von Hausen gravement malade, marmite systématiquement ce terrain nu et mollement ondulé.

Passons à la 5e armée du général Franchet d’Esperey. Entré hier soir, dimanche, avec une certaine ostentation dans la capitale rémoise, celui-ci a déjà compris que les Allemands entendent se maintenir à portée de canon de Reims dont ils tiennent les forts. A droite, le 10e corps d’armée de Rennes est bloqué, au sud-est de la place, au centre le 1er corps protège la ville et le sud-ouest, flanqué du 3e corps étiré le long de la route de Reims à Laon, non loin du canal de l’Aisne ; le 4e groupe de divisions de réserve prolonge ce front qui de Reims remonte en oblique vers Berry-au-Bac. Le 18e corps d’armée de Bordeaux est parvenu à la pointe est du Chemin des Dames où l’on se bat furieusement depuis hier.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782843467769
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Les bretons dans la Grande Guerre : Les semailles de guerre - Tome 4
Auteur
Editeur Coop Breizh
Langue FR
Date de publication 01/11/2000

Droits numériques

Ean EPUB 9782843467769
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9782843461332
Haut