chargement

Histoire de Sukhyang Dame Vertueuse Suivi de Histoire de Demoiselle Sugyeong

éditeur : Imago
catégorie : Fiction > Contes, Fables et Mythologie
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB (Format recommandé)

Adobe DRM
15,99 €

PDF

Adobe DRM
17,99 €

PDF

Adobe DRM
17,99 €

PDF

Adobe DRM
15,99 €

EPUB

Adobe DRM
17,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Si jolie, et si misérable !…

L’année où Sukhyang atteignit ses cinq ans, des bandes de brigands se mirent à sévir dans tout le Jingchu au point que les habitants durent abandonner leurs maisons et s’enfuir à la recherche d’un abri. C’est ainsi que Kim Jeon partit pour tenter de gagner Kangling, mais, En chemin, il fut la proie de pillards qui tuèrent tous ses serviteurs et raflèrent tous ses biens. même s’il était parvenu à leur échapper en entraînant sa femme et sa fille, les malandrins s’étaient lancés à leurs trousses. la famille à bout de forces ne pourrait plus leur échapper longtemps, comment s’en sortir ?

En pleurs, Kim Jeon saisit sa fille :

— Sukhyang, tiens-toi bien à mon cou.

Il la jucha sur son dos et reprit sa course. Il chancela, il tomba, mais continua ainsi jusqu’à ce que, bientôt épuisé, il n’en puisse plus. au beau milieu des Monts Prajna, haletant, le souffle court, il dit à sa fille :

— Ces brigands ne nous lâchent pas, s’ils nous rattrapent, nous allons tous mourir. Toi, tu vas rester cachée là, derrière ce rocher, nous reviendrons te chercher demain.

ainsi disant, il la glissa dans le creux d’un rocher. Puis le couple disposa du riz dans une petite calebasse qu’ils lui confièrent, en lui disant, navrés :

— Sukhyang, ma chère fille, si tu as faim, manges-en, si tu as soif, va boire de l’eau là-bas.

Le couple ne se décidait pas à la quitter, et les voleurs ne cessaient d’approcher, tuant les gens comme on fauche le foin ! Il ne fallait plus perdre un instant, mais, tandis qu’ils s’apprêtaient à reprendre leur course, sukhyang saisit un pan de la jupe de sa mère et dit, en larmes :

— Maman, je veux venir avec vous. papa, je veux venir avec vous. d’une main elle empoignait la jupe de sa mère, de l’autre, elle se cramponnait à la ceinture de son père, elle les suppliait en pleurant de ne pas l’abandonner.

Mais tandis qu’ils perdaient ainsi un temps précieux, les voleurs étaient parvenus plus près d’eux que jamais et kim jeon dut repousser sukhyang dans sa cachette, qu’il bloqua à l’aide d’une énorme pierre, afin qu’elle ne pût les suivre. Il lui glissa la calebasse de riz, puis la rassura :

— Sukhyang, ma chère fille, reste bien sagement ici à nous attendre, ta maman et moi reviendrons demain, après être passés à la maison, pour t’apporter des fruits.

Et il tira son épouse par la main, afin qu’ils reprissent leur fuite. mais elle, son chagrin était si grand, comment aurait-elle pu bouger ? il dut s’époumoner avant qu’elle consentît à faire le moindre pas.

Encore se laissa-t-elle traîner par lui, contrainte et soumise, la tête tournée vers l’arrière, à contempler par la fente du rocher le visage de sa fille qui essuyait d’une main ses larmes en sanglotant, tandis que, de l’autre, elle tenait sa petite calebasse pleine de riz. pendant un long moment, elle entendit ainsi les pleurs de l’enfant qui appelait sa mère, et décrurent jusqu’à disparaître. Dame jang se retourna souvent encore vers sa fille, ô qui jamais pourra dire la pitié qu’inspire tant de souffrance, qui jamais pourra dire le chagrin qui submergeait Sukhyang ?

Kim Jeon dans leur fuite bousculait tant qu’il pouvait une Dame Jang titubante, afin qu’elle continuât de placer un pied devant l’autre.

Bientôt, ils n’entendirent plus les pleurs de leur fille, ce dont ils eurent les entrailles nouées, même s’ils n’avaient plus depuis longtemps la moindre larme à verser.

Or, voilà que les brigands découvrirent Sukhyang, et lui demandèrent :

— Ils sont partis où, tes parents ? Si tu ne nous dis pas la vérité, tu vois ce couteau, je t’égorge avec.

Effarée, elle répondit en pleurant de plus belle :

— Lorsque mes parents sont partis en m’abandonnant, ils m’ont dit comme ça : « ta maman et moi reviendrons demain, après être passés à la maison, pour t’apporter des fruits. » Mais ils ne reviennent pas, et je ne sais pas où ils ont pu aller.

Comme le brigand s’apprêtait à la frapper, un de ses compères retint son bras :

— Elle pleure parce que ses parents l’ont abandonnée, tu crois que c’est une raison pour la tuer ? Regarde plutôt son visage, à l’évidence cette fille est appelée aux plus hautes destinées. Par contre, si on la laisse ici, elle va se faire dévorer par les bêtes.

Alors il la prit dans ses bras, et il la redescendit de la montagne. Parvenu au village de yugok, tout en bas, dans la vallée, il la déposa au relais de poste et lui dit :

— Si jolie, et si misérable !… Moi aussi, j’ai une petite fille comme toi, tu imagines, tes parents, comme ils doivent être tristes, de t’avoir abandonnée ? Toi, tu n’as qu’à rester ici, et tu verras, ils vont revenir te chercher.

Ayant ainsi dit, il s’éloigna, mais encore souvent retourna-t-il la tête en direction de Sukhyang.

L’enfant, qui ne comprenait guère ce qui lui arrivait, se mit alors en route, secouée de sanglots et réclamant ses parents tout au long du chemin. Mais comment pourrait-elle jamais les retrouver ? Tous les gens qui, dans leur fuite éperdue en quête d’un abri, la croisaient, ne pouvaient que pleurer à la vue de cette enfant en larmes.

Ainsi s’écoula le jour, le soleil se coucha, la nuit apparut, un vent glacial se mit à souffler. Sukhyang, accroupie, secouée de sanglots en appelant sa mère, pressait entre ses mains ses pieds gelés, lorsque soudain descendit du ciel un couple de grues bleues. Elles l’enveloppèrent de leurs longues ailes et lui donnèrent à manger les jujubes qu’elles tenaient en leur bec, ainsi ne souffrit-elle plus, ni de la faim, ni du froid.

Pendant ce temps, Kim Jeon et son épouse avaient déjà parcouru un long chemin, aussi lorsque le soleil se coucha, Dame Jang dit-elle à son mari :

— Le soleil est couché, les brigands doivent être loin, allez vite rechercher Sukhyang !

Aussitôt dit, Kim Jeon se mit en route, mais à peine arrivé ne vit que des cadavres qui jonchaient les pâtures. Il eut beau l’appeler à grands cris, la chercher dans les moindres recoins, nulle part il ne trouva trace d’elle. Découragé, il revint en pleurant et dit à sa femme :

— Je l’ai cherchée partout, impossible de savoir si elle est encore en vie ou non.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782849529430
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Histoire de Sukhyang Dame Vertueuse - Suivi de Histoire de Demoiselle Sugyeong
Auteur
Editeur Imago
Langue FR
Date de publication 01/05/2017

Droits numériques

Ean EPUB 9782849529430
Type de protection Adobe DRM
Ean PDF 9782849529089
Type de protection Adobe DRM
Ean PDF 9782849529072
Type de protection Adobe DRM
Ean PDF 9782849529263
Type de protection Adobe DRM
Ean EPUB 9782849529188
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9782849529089
Haut