chargement

Imitations, copies et faux dans les domaines pharaonique et de l’Orient ancien Actes du colloque Collège de France-Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 14-15 janvier 2016,

éditeur : éditions Soleb
catégories : Sciences humaines et sociales > Histoire, Sciences Politiques > Histoire et théories, Histoire de l'art et essais > Antique et classique
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

MULTI

Formats inclus : PDF, STREAMING, EPUB
Digital watermarking
4,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Imitations, copies et faux dans les domaines pharaonique et de l’Orient ancien — actes du colloque Collège de France-Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 14-15 janvier 2016, édités par Hanane Gaber, Nicolas Grimal et Olivier Perdu.

« De la simple allusion à la reproduction mercantile, en passant par l’imita­tion, la citation, l’évocation, la transposition, tous les modes de référence possibles, la distinction du faux de la copie, de l’œuvre ­originale de celle qu’elle inspire est parfois si ténue qu’il semble difficile de la cerner.

Il nous a paru utile de poursuivre la réflexion sur le faux, l’imitation et les copies, dont plusieurs enquêtes ont, jusque récemment encore, exploré les pistes dans le domaine égyptologique. Qu’il s’agisse de littérature ou d’art, les Égyptiens eux-mêmes ont très tôt utilisé la référence à la tradition comme indicateur de légitimité politique. Après la « révolution » amarnienne, ou dans les périodes troublées, la reproduction des modèles classiques fleurit, tout comme fleuriront plus tard, à l’époque hellénistique et romaine, les copies praxitéliennes. Les œuvres qui procèdent de cette volonté archaïsante témoignent d’un sursaut pour tenter de retrouver la grandeur perdue de l’Égypte.

L’Égypte n’a pas le monopole de cette utilisation de l’art. Les souve­rains mésopotamiens n’étaient pas en reste, entre imitation d’un document plus ancien ou narration d’un événement fictif. La question se pose aussi pour le domaine phénicien ou pour la civilisation d’Ougarit, oscillant parfois entre copie, imitation et falsification. Nous touchons là à la limite entre manipulation idéologique et falsification. Le faux en écriture, lui, est destiné à tromper. Le faux délibéré serait finalement, la seule œuvre qui se laisse facilement appréhender : destiné à tromper, il transforme la vérité. Encore faudrait-il distinguer l’intention de la tromperie. »

Pour la version ePub, nous recommandons un iPad sous système iOS 10.3.3 minimum ou un ordinateur récent disposant d’un écran de 15 pouces ou plus. Pour les autres types de lecteurs, nous préconnisons la version Acrobat (PDF). Nous ne recommandons pas la version Mobipocket — ePub : ISBN 978-2-918157-27-4 — PDF interactif : ISBN 978-2-918157-26-7.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9782918157267
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Imitations, copies et faux dans les domaines pharaonique et de l’Orient ancien - Actes du colloque Collège de France-Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 14-15 janvier 2016,
Auteurs , , , , , , , , ,
Editeur éditions Soleb
Collection études d'égyptologie
Langue FR
Date de publication 20/06/2018
Nombre de pages 320

Droits numériques

Ean MULTI 9782918157267
Type de protection Digital watermarking
Ean papier 9782918157250
Haut