chargement

De la démocratie en Amérique. Tome 1

éditeur : NumiLog
catégorie : Sciences humaines et sociales > Histoire
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

Bien
des gens, en Europe, croient sans le dire, ou disent sans le croire, qu'un des
grands avantages du vote universel est d'appeler à la direction des affaires
des hommes dignes de la confiance publique. Le peuple ne saurait gouverner
lui-même, dit-on, mais il veut toujours sincèrement le bien de l'État, et son
instinct ne manque guère de lui désigner ceux qu'un même désir anime et qui
sont les plus capables de tenir en main le pouvoir.

Pour
moi, je dois le dire, ce que j'ai vu en Amérique ne m'autorise point à penser
qu'il en soit ainsi. À mon arrivée aux États-Unis, je fus frappé de surprise
en découvrant à quel point le mérite était commun parmi les gouvernés, et
combien il l'était peu chez les gouvernants. C'est un fait constant que, de nos
jours, aux États-Unis, les hommes les plus remarquables sont rarement appelés
aux fonctions publiques, et l'on est obligé de reconnaître qu'il en a être
ainsi à mesure que la démocratie a dépassé toutes ses anciennes limites. Il
est évident que la race des hommes d'État américains s'est singulièrement
rapetissée depuis un demi-siècle.

Il
est impossible, quoi qu'on fasse, d'élever les lumières du peuple au-dessus
d'un certain niveau. On aura beau faciliter les abords des connaissances
humaines, améliorer les méthodes d'enseignement et mettre la science à bon
marché, on ne fera jamais que les hommes s'instruisent et développent leur
intelligence sans y consacrer du temps.

Le
plus ou moins de facilité que rencontre le peuple à vivre sans travailler
forme donc la limite nécessaire de ses progrès intellectuels. Cette limite est
placée plus loin dans certains pays, moins loin dans certains autres ;
mais pour qu'elle n'existât point, il faudrait que le peuple n'eût point à
s'occuper des soins matériels de la vie, c'est-à-dire qu'il ne fût plus le
peuple. Il est donc aussi difficile de concevoir une société où tous les
hommes soient très éclairés, qu'un État où tous les citoyens soient riches,
ce sont là deux difficultés corrélatives. J'admettrai sans peine que la masse
des citoyens veut très sincèrement le bien du pays ; je vais même plus
loin, et je dis que les classes inférieures de la société me semblent mêler,
en général, à ce désir moins de combinaisons d'intérêt personnel que les
classes élevées ; mais ce qui leur manque toujours, plus ou moins, c'est
l'art de juger des moyens tout en voulant sincèrement la fin. Quelle longue
étude, que de notions diverses sont nécessaires pour se faire une idée exacte
du caractère d'un seul homme ! Les plus grands génies s'y égarent,
et la multitude y réussirait ! Le peuple ne trouve jamais le temps et les
moyens de se livrer à ce travail. Il lui faut toujours juger à la hâte et
s'attacher au plus saillant des objets. De là vient que les charlatans de tous
genres savent si bien le secret de lui plaire, tandis que, le plus souvent, ses
véritables amis y échouent.

Extrait
du chapitre V, Des choix du
peuple et des instincts de la démocratie américaine dans ses choix.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999997094
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre De la démocratie en Amérique. Tome 1
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999997094
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999082
Haut