chargement

L'Ecole des femmes

éditeur : NumiLog
catégorie : Poésie, Théâtre et Correspondance > Théâtre
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

ARNOLPHE,
assis.

Agnès,
pour m'écouter, laissez là votre ouvrage.

Levez
un peu la tête et tournez le visage :

Là,
regardez-moi là durant cet entretien,

Et
jusqu'au moindre mot imprimez-le-vous bien.

Je
vous épouse, Agnès ; et cent fois la journée

Vous
devez bénir l'heur de votre destinée,

Contempler
la bassesse où vous avez été,

Et
dans le même temps admirer ma bonté,

Qui
de ce vil état de pauvre villageoise

Vous
fait monter au rang d'honorable bourgeoise

Et
jouir de la couche et des embrassements

D'un
homme qui fuyait tous ces engagements,

Et
dont à vingt partis, fort capables de plaire,

Le
coeur a refusé l'honneur qu'il vous veut faire.

Vous
devez toujours, dis-je, avoir devant les yeux

Le
peu que vous étiez sans ce noeud glorieux,

Afin
que cet objet d'autant mieux vous instruise

À
mériter l'état où je vous aurai mise,

À
toujours vous connaître, et faire qu'à jamais

Je
puisse me louer de l'acte que je fais.

Le
mariage, Agnès, n'est pas un badinage :

À
d'austères devoirs le rang de femme engage,

Et
vous n'y montez pas, à ce que je prétends,

Pour
être libertine et prendre du bon temps.

Votre
sexe n'est là que pour la dépendance :

Du
côté de la barbe est la toute-puissance.

Bien
qu'on soit deux moitiés de la société,

Ces
deux moitiés pourtant n'ont point d'égalité :

L'une
est moitié suprême et l'autre subalterne ;

L'une
en tout est soumise à l'autre qui gouverne ;

Et
ce que le soldat, dans son devoir instruit,

Montre
d'obéissance au chef qui le conduit,

Le
valet à son maître, un enfant à son père,

À
son supérieur le moindre petit Frère,

N'approche
point encor de la docilité,

Et
de l'obéissance, et de l'humilité,

Et
du profond respect où la femme doit être

Pour
son mari, son chef, son seigneur et son maître.

Lorsqu'il
jette sur elle un regard sérieux,

Son
devoir aussitôt est de baisser les yeux,

Et
de n'oser jamais le regarder en face

Que
quand d'un doux regard il lui veut faire grâce.

C'est
ce qu'entendent mal les femmes d'aujourd'hui ;

Mais
ne vous gâtez pas sur l'exemple d'autrui.

Gardez-vous
d'imiter ces coquettes vilaines

Dont
par toute la ville on chante les fredaines,

Et
de vous laisser prendre aux assauts du malin,

C'est-à-dire
d'ouïr aucun jeune blondin.

Songez
qu'en vous faisant moitié de ma personne,

C'est
mon honneur, Agnès, que je vous abandonne ;

Que
cet honneur est tendre et se blesse de peu ;

Que
sur un tel sujet il ne faut point de jeu ;

Et
qu'il est aux enfers des chaudières bouillantes


l'on plonge à jamais les femmes mal vivantes.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999997687
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre L'Ecole des femmes
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999997687
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999142
Haut