chargement

Contes de la Bécasse

éditeur : NumiLog
catégories : Jeunesse > Fiction, Romans et nouvelles
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

SAINT-ANTOINE

À
X. Charmes.

On
l'appelait Saint-Antoine, parce qu'il se nommait Antoine, et aussi peut-être
parce qu'il était bon vivant, joyeux, farceur, puissant mangeur et fort buveur,
et vigoureux trousseur de servantes, bien qu'il eût plus de soixante ans.

C'était
un grand paysan du pays de Caux, haut en couleur, gros de poitrine et de ventre,
et perché sur de longues jambes qui semblaient trop maigres pour l'ampleur du
corps.

Veuf,
il vivait seul avec sa bonne et ses deux valets dans sa ferme qu'il dirigeait en
madré compère, soigneux de ses intérêts, entendu dans les affaires et dans
l'élevage du bétail, et dans la culture de ses terres. Ses deux fils et ses
trois filles mariés avec avantage, vivaient aux environs, et venaient, une fois
par mois, dîner avec le père. Sa vigueur était célèbre dans tout le pays
d'alentour ; on disait, en manière de proverbe : « Il est fort
comme Saint-Antoine. »

Lorsque
arriva l'invasion prussienne, Saint-Antoine, au cabaret, promettait de manger
une armée, car il était hâbleur comme un vrai Normand, un peu couard et
fanfaron. Il tapait du poing sur la table de bois, qui sautait en faisant danser
les tasses et les petits verres, et il criait, la face rouge et l'oeil sournois,
dans une fausse colère de bon vivant : « Faudra que j'en mange, nom
de Dieu ! » Il comptait bien que les Prussiens ne viendraient pas
jusqu'à Tanneville ; mais lorsqu'il apprit qu'ils étaient à Rautôt, il
ne sortit plus de sa maison, et il guettait sans cesse la route par la petite
fenêtre de sa cuisine, s'attendant à tout moment à voir passer des
baïonnettes.

Un
matin, comme il mangeait la soupe avec ses serviteurs, la porte s'ouvrit, et le
maire de la commune, maître Chicot, parut suivi d'un soldat coiffé d'un casque
noir à pointe de cuivre. Saint-Antoine se dressa d'un bond ; et tout son
monde le regardait, s'attendant à le voir écharper le Prussien ; mais il
se contenta de serrer la main du maire qui lui dit : « En v'là un
pour toi, Saint-Antoine. Ils sont venus c'te nuit. Fais pas de bêtises surtout,
vu qu'ils parlent de fusiller et de brûler tout si seulement il arrive la
moindre chose. Te v'là prévenu. Donne-li à manger, il a l'air d'un bon gars.
Bonsoir, je vas chez l's' autres. Y en a pour tout le monde. »

Et il
sortit.

Le
père Antoine, devenu pâle, regarda son Prussien. C'était un gros garçon à
la chair grasse et blanche, aux yeux bleus, au poil blond, barbu jusqu'aux
pommettes, qui semblait idiot, timide et bon enfant. Le Normand malin le
pénétra tout de suite, et, rassuré, lui fit signe de s'asseoir. Puis il lui
demanda : « Voulez-vous de la soupe ? »

L'étranger
ne comprit pas. Antoine alors eut un coup d'audace, et, lui poussant sous le nez
une assiette pleine : « Tiens, avale ça, gros cochon. »

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999997863
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Contes de la Bécasse
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999997863
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999161
Haut