chargement

La Princesse de Babylone

éditeur : NumiLog
catégorie : Romans et nouvelles
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

VI

Bientôt
la princesse de Babylone et le phénix arrivèrent dans l'empire des
Cimmériens, bien moins peuplé, à la vérité, que la Chine, mais deux fois
plus étendu ; autrefois semblable à la Scythie, et devenu depuis quelque
temps aussi florissant que les royaumes qui se vantaient d'instruire les autres
États.

Après
quelques jours de marche on entra dans une très grande ville que l'impératrice
régnante faisait embellir ; mais elle n'y était pas : elle voyageait
alors des frontières de l'Europe à celles de l'Asie pour connaître ses États
par ses yeux, pour juger des maux et porter les remèdes, pour accroître les
avantages, pour semer l'instruction.

Un
des principaux officiers de cette ancienne capitale, instruit de l'arrivée de
la Babylonienne et du phénix, s'empressa de rendre ses hommages à la
princesse, et de lui faire les honneurs du pays, bien sûr que sa maîtresse,
qui était la plus polie et la plus magnifique des reines, lui saurait gré
d'avoir reçu une si grande dame avec les mêmes égards qu'elle aurait
prodigués elle-même.

On
logea Formosante au palais, dont on écarta une foule importune du peuple ;
on lui donna des fêtes ingénieuses. Le seigneur cimmérien, qui était un
grand naturaliste, s'entretint beaucoup avec le phénix dans les temps où la
princesse était retirée dans son appartement. Le phénix lui avoua qu'il avait
autrefois voyagé chez les Cimmériens, et qu'il ne reconnaissait plus le pays.
« Comment de si prodigieux changements, disait-il, ont-ils pu être
opérés dans un temps si court ? Il n'y a pas trois cents ans que je vis
ici la nature sauvage dans toute son horreur ; j'y trouve aujourd'hui les
arts, la splendeur, la gloire et la politesse. – Un seul homme a commencé ce
grand ouvrage, répondit le Cimmérien ; une femme l'a perfectionné ;
une femme a été meilleure législatrice que l'Isis des Égyptiens et la
Cérès des Grecs. La plupart des législateurs ont eu un génie étroit et
despotique qui a resserré leurs vues dans le pays qu'ils ont gouverné ;
chacun a regardé son peuple comme étant seul sur la terre, ou comme devant
être l'ennemi du reste de la terre. Ils ont formé des institutions pour ce
seul peuple, introduit des usages pour lui seul, établi une religion pour lui
seul. C'est ainsi que les Égyptiens, si fameux par des monceaux de pierres, se
sont abrutis et déshonorés par leurs superstitions barbares. Ils croient les
autres nations profanes, ils ne communiquent point avec elles ; et,
excepté la cour, qui s'élève quelquefois au-dessus des préjugés vulgaires,
il n'y a pas un Égyptien qui voulût manger dans un plat dont un étranger se
serait servi. Leurs prêtres sont cruels et absurdes. Il vaudrait mieux n'avoir
point de lois, et n'écouter que la nature, qui a gravé dans nos coeurs les
caractères du juste et de l'injuste, que de soumettre la société à des lois
si insociables.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999998563
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre La Princesse de Babylone
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999998563
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999236
Haut