chargement

L'Avare

éditeur : NumiLog
catégorie : Poésie, Théâtre et Correspondance > Théâtre
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

SCÈNE
II

MAITRE
SIMON, HARPAGON,

CLÉANTE, LA FLÈCHE

Maître
SIMON. – Oui, Monsieur, c'est
un jeune homme qui a besoin d'argent. Ses affaires le pressent d'en trouver, et
il en passer par tout ce que vous en prescrirez.

HARPAGON.
– Mais croyez-vous, maître Simon, qu'il n'y ait rien à péricliter ? et
savez-vous le nom, les biens et la famille de celui pour qui vous parlez ?

Maître
SIMON. – Non, je ne puis pas
bien vous en instruire à fond, et ce n'est que par aventure que l'on m'a adressé
à lui ; mais vous serez de toutes choses éclairci par lui-même ; et
son homme m'a assuré que vous serez content, quand vous le connaîtrez. Tout ce
que je saurais vous dire, c'est que sa famille est fort riche, qu'il n'a plus de
mère déjà, et qu'il s'obligera, si vous voulez, que son père mourra avant
qu'il soit huit mois.

HARPAGON.
– C'est quelque chose que cela. La charité, maître Simon, nous oblige à
faire plaisir aux personnes, lorsque nous le pouvons.

MAiTRE
SIMON. – Cela s'entend.

LA
FLÈCHE. – Que veut dire ceci ? Notre maître Simon qui parle à votre père.

CLÉANTE.
– Lui aurait-on appris qui je suis ? et serais-tu pour nous trahir ?

MAiTRE
SIMON. – Ah ! ah !
vous êtes bien pressés ! Qui vous a dit que c'était céans ? Ce
n'est pas moi, Monsieur, au moins, qui leur ai découvert votre nom et votre
logis ; mais, à mon avis, il n'y a pas grand mal à cela. Ce sont des
personnes discrètes, et vous pouvez ici vous expliquer ensemble.

HARPAGON.
– Comment ?

MAiTRE
SIMON. – Monsieur est la
personne qui veut vous emprunter les quinze mille livres dont je vous ai parlé.

HARPAGON.
– Comment, pendard ? c'est toi qui t'abandonnes à ces coupables extrémités ?

CLÉANTE.
– Comment, mon père ? c'est vous qui vous portez à ces honteuses
actions ?

HARPAGON.
– C'est toi qui te veux ruiner par des emprunts si condamnables ?

CLÉANTE.
– C'est vous qui cherchez à vous enrichir par des usures si criminelles ?

HARPAGON.
– Oses-tu bien, après cela, paraître devant moi !

CLÉANTE.
– Osez-vous bien, après cela, vous présenter aux yeux du monde ?

HARPAGON.
– N'as-tu point honte, dis-moi, d'en venir à ces débauches-là ? de te
précipiter dans des dépenses effroyables ? et de faire une honteuse
dissipation du bien que tes parents t'ont amassé avec tant de sueurs ?

CLÉANTE.
– Ne rougissez-vous point de déshonorer votre condition par les commerces que
vous faites ? de sacrifier gloire et réputation au désir insatiable
d'entasser écu sur écu, et de renchérir, en fait d'intérêts, sur les plus
infâmes subtilités qu'aient jamais inventées les plus célèbres usuriers ?

HARPAGON.
– Ôte-toi de mes yeux, coquin ! ôte-toi de mes yeux !

CLÉANTE.
– Qui est plus criminel, à votre avis, ou celui qui achète un argent dont il
a besoin, ou bien celui qui vole un argent dont il n'a que faire ?

HARPAGON.
– Retire-toi, te dis-je, et ne m'échauffe pas les oreilles. Je ne suis pas fâché
de cette aventure ; et ce m'est un avis de tenir l'oeil, plus que jamais,
sur toutes tes actions.

Extrait de l'Acte II.

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999998996
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre L'Avare
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999998996
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999282
Haut