chargement

L'Invitation à la valse

éditeur : NumiLog
catégorie : Romans et nouvelles
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

Scène
11

LES MÊMES,
Maurice, en officier, apparaÎt au fond, conduit par Pierre, qu’il renvoie.

MADAME
D’IVRY, continuant. – Il faisait quelques pas derrière moi ; je
ne le voyais pas, je ne l’entendais pas, mais je le sentais venir. ( L’Officier
s’avance silencieusement.) Quand je frappais cet accord, il était juste
à mes côtés... Alors, il approchait son visage de ma tête... Je sentais son
souffle frissonner dans mes cheveux, et, avec une voix d’une douceur
angélique, il murmurait : « Antonine ! chère
Antonine ! »

MAURICE,
qui a suivi les indications de madame d’Ivry, dit, mais avec une voix de
basse-taille. – Antonine ! chère Antonine !

MADAME
D’IVRY, effrayée. – Ah ? mon Dieu !

(Elle
se recule.)

MAURICE,
la retenant dans ses bras. – Antonine !

MADAME
D’IVRY, voyant les moustaches et la figure hâlée de Maurice. – Au
secours !

MAURICE.
– Comment, au secours ? Mais c’est moi !

MADAME
D’IVRY. – Vous ! qui vous ?

MAURICE.
– Moi, Maurice ; vous ne me reconnaissez pas ?

MADAME
D’IVRY. – Oh ! excusez-moi, mon ami ! si fait, je vous
reconnais ; mais vous êtes... tant... vous êtes si...

MAURICE.
– Achevez...

MADAME
D’IVRY. – Non, rien... Je voulais dire que je ne vous attendais que demain.

MAURICE.
– Oui, chère amie, je vous l’avais écrit ainsi, c’est vrai ; mais
les vents et les flots ont été d’accord avec mon amour. J’ai fait la
traversée en cinquante heures ; de sorte que j’ai pu prendre le chemin
de fer de onze heures du soir, au lieu de celui de sept heures du matin. ( Il
déboucle son sabre et le pose avec son képi sur un fauteuil.) Là !
maintenant, laissez-moi vous regarder.

DE
SOR, s’avançant. – Pardon, monsieur, mais permettez-moi d’abord de
prendre congé de madame ; moi parti,
vous aurez le loisir de la regarder tout à votre aise...

MAURICE.
– Ah ! monsieur, c’est à moi de vous demander pardon. J’étais si
préoccupé de ma belle cousine, que je ne vous avais pas vu.

DE
SOR. – Si vous saviez comme j e comprends cela, et comme je vous
pardonne !

MADAME
D’IVRY, avec une certaine crainte. – Vous vous retirez, mon
ami ?

DE
SOR. – Dame, je le demande à vous-même, que voulez-vous que je fasse
là ?... Adieu, Antonine. ( Bas.) Je vous laisse avec le héros de
roman, avec le chevalier de la ballade, avec le prince des contes de fées.

MADAME
D’IVRY, honteuse. – Et... vous reverra-t-on demain ?

DE
SOR. – Il y a dix minutes, je vous eusse dit non.

MADAME
D’IVRY. – Et maintenant ?

DE
SOR. – Je dis peut-être. ( Fausse sortie.) À propos, si vous
avez besoin de moi pour une consultation quelconque, vous savez qu’à quelque
heure que ce soit, madame, je suis à votre disposition.

(Il
sort.)

Scène 12

MAURICE,
MADAME D’IVRY.

MAURICE,
regardant s’éloigner M. de Sor. – Quel est donc ce monsieur qui s’éloigne
avec un air tout contrarié, chère Antonine ?

MADAME
D’IVRY. – C’est M. de Sor.

MAURICE.
– Qu’est-ce que c’est que cela, M. de Sor ?

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999999407
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre L'Invitation à la valse
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999999407
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999324
Haut