chargement

Principes de politique

éditeur : NumiLog
catégorie : Sciences humaines et sociales > Sciences Politiques
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

L'on
imagine d'ordinaire que, lorsque l'autorité se permet de plier à volonté les
lois prohibitives et coercitives, pourvu que l'intention du législateur soit
clairement exprimée, pourvu que les lois n'aient point un effet rétroactif,
pourvu que les citoyens soient informés à temps de la règle de conduite
qu'ils doivent suivre, la multiplicité des lois n'a d'autre inconvénient que
de gêner un peu la liberté des individus. Il n'est pas ainsi. La multiplicité
des lois, dans les circonstances même les plus ordinaires, a l'inconvénient de
fausser la morale des individus. Les actions qui sont de la compétence de
l'autorité, selon sa destination première, sont de deux espèces :
actions nuisibles par leur nature, l'autorité doit les punir ; engagements
contractés par les individus entre eux, l'autorité doit en commander
l'exécution. Aussi longtemps qu'elle reste dans ces bornes, elle n'établit
aucune contradiction, aucune différence, entre la morale législative et la
morale naturelle. Mais lorsqu'elle prohibe des actions qui ne sont point
criminelles ou qu'elle en ordonne qui ne sont point devenues obligatoires par
des engagements antérieurs et qui n'ont par conséquent que sa volonté pour
origine, il s'introduit dans la société deux espèces de crimes et deux
espèces de devoirs, ceux qui sont tels par leur nature et ceux que l'autorité
déclare tels. Il en résulte, soit que les individus soumettent leur jugement
à l'autorité, soit qu'ils le maintiennent dans sa primitive indépendance, des
effets également désastreux. Dans la première hypothèse, la morale devient
vacillante et versatile. Les actions ne sont plus bonnes ou mauvaises en raison
du bien ou du mal qu'elles produisent, mais selon que la loi les ordonne ou les
défend. Ainsi la théologie représentait les actions comme vertueuses, parce
qu'elles plaisaient à Dieu et non comme agréables à Dieu parce qu'elles
étaient vertueuses. La règle du juste et de l'injuste n'est plus dans la
conscience de l'homme, mais dans la volonté du législateur ; et la
moralité, le sentiment intérieur éprouvent une dégradation incalculable par
cette dépendance d'une chose étrangère, accessoire, factice, variable,
susceptible d'erreur et de perversion. Dans L'hypothèse contraire, en supposant
que l’homme se mette en opposition avec la loi, il en résulte d'abord
beaucoup de malheurs individuels pour lui et pour ceux dont le sort dépend du
sien. Mais en second lieu, s'arrêtera-t-il longtemps à contester la
compétence de la loi sur les actions qu'il considère comme
indifférentes ? En violant des prohibitions ou des commandements qui lui
semblent arbitraires, il court les mêmes dangers qu'en enfreignant les règles
de la morale éternelle. Cette injuste parité dans les conséquences
n'entraînera-t-elle pas la confusion de toutes ses idées, ses doutes ne se
porteront-ils pas indistinctement sur toutes les actions que la loi réprouve ou
commande et, dans le trouble de sa lutte périlleuse contre des institutions
menaçantes, n'est-il pas à craindre que bientôt il ne discerne plus le bien
d'avec le mal ni la loi d'avec la nature ?

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999999494
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Principes de politique
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999999494
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999335
Haut