chargement

Atala

éditeur : NumiLog
catégorie : Romans et nouvelles
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,00 €
Lecture multi-support

Résumé

« C'est
une singulière destinée, mon cher fils, que celle qui nous réunit. Je vois en
toi l'homme civilisé qui s'est fait sauvage ; tu vois en moi l'homme
sauvage, que le grand Esprit (j'ignore pour quel dessein) a voulu civiliser.
Entrés l'un et l'autre dans la carrière de la vie, par les deux bouts
opposés, tu es venu te reposer à ma place, et j'ai été m'asseoir à la
tienne : ainsi nous avons dû avoir des objets une vue totalement
différente. Qui, de toi ou de moi, a le plus gagné ou le plus perdu à ce
changement de position ? C'est ce que savent les Génies, dont le moins
savant a plus de sagesse que tous les hommes ensemble.

« À
la prochaine lune des fleurs, il y aura sept fois dix neiges, et trois neiges de
plus, que ma mère me mit au monde, sur les bords du Meschacebé. Les Espagnols
s'étaient depuis peu établis dans la baie de Pensacola, mais aucun Blanc
n'habitait encore la Louisiane. Je comptais à peine dix-sept chutes de
feuilles, lorsque je marchai avec mon père, le guerrier Outalissi, contre les
Muscogulges, nation puissante des Rondes. Nous nous joignîmes aux Espagnols nos
alliés, et le combat se donna sur une des branches de la Maubile. Areskoui et
les Manitous ne nous furent pas favorables. Les ennemis triomphèrent ; mon
père perdit la vie ; je fus blessé deux fois en le défendant. Oh !
que ne descendis-je alors dans le pays des âmes, j'aurais évité les malheurs
qui m'attendaient sur la terre ! Les Esprits en ordonnèrent
autrement : je fus entraîné par les fuyards à Saint-Augustin.

« Dans
cette ville, nouvellement bâtie par les Espagnols, je courais le risque d'être
enlevé pour les mines de Mexico, lorsqu'un vieux Castillan, nommé Lopez,
touché de ma jeunesse et de ma simplicité, m'offrit un asile, et me présenta
à une soeur avec laquelle il vivait sans épouse.

« Tous
les deux prirent pour moi les sentiments les plus tendres. On m'éleva avec
beaucoup de soin, on me donna toutes sortes de maîtres. Mais après avoir
passé trente lunes à Saint-Augustin, je fus saisi du dégoût de la vie des
cités. Je dépérissais à vue d'oeil : tantôt je demeurais immobile
pendant des heures, à contempler la cime des lointaines forêts ; tantôt
on me trouvait assis au bord d'un fleuve, que je regardais tristement couler. Je
me peignais les bois à travers lesquels cette onde avait passé, et mon âme
était tout entière à la solitude.

« Ne
pouvant plus résister à l'envie de retourner au désert, un matin je me
présentai à Lopez, vêtu de mes habits de Sauvage, tenant d'une main mon arc
et mes flèches, et de l'autre mes vêtements européens. Je les remis à mon
généreux protecteur, aux pieds duquel je tombai, en versant des torrents de
larmes. Je me donnai des noms odieux, je m'accusai d'ingratitude :
« Mais enfin, lui dis-je, ô mon père, tu le vois
toi-« même : je meurs, si je ne reprends la vie de
« l'Indien. »

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9789999999579
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Atala
Auteur
Editeur NumiLog
Langue FR
Date de publication 15/01/2009

Droits numériques

Ean EPUB 9789999999579
Type de protection Adobe DRM
Ean papier 9999999343
Haut