chargement

Étreinte 11

éditeur : Editions Addictives
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
2,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

1. Sous surveillance

Institut médico-légal de San Diego, Californie. Mercredi 24 mars.

Il est allongé sur le dos, pâle, les yeux clos, ses cheveux blonds collés au front ; sa lourde carcasse

définitivement immobile. Il repose sous un drap blanc que l’assistant du légiste a descendu afin de me

permettre de voir son visage, pour l’identification. Je serre la main de Roman à la broyer. L’agent du

FBI chargé de l’affaire, Frances Devon, se tient en retrait, silencieuse. C’est elle qui a téléphoné à

Roman hier pour nous demander de quitter notre paisible retraite sur notre île paradisiaque. Pour les

besoins de l’enquête. Pas moyen de refuser. C’était formulé poliment, mais une convocation reste une

convocation. On ne dit pas non au FBI.

Nous sommes séparés du corps par des cloisons vitrées et je m’en détourne rapidement pour me concentrer

sur l’écran vidéo devant moi. Gros plan sur la tête du cadavre. Je l’étudie attentivement, puisque c’est

ce qu’on attend de moi, mais la nausée me noue les tripes. Je suis soulagée de ne pas avoir à entrer dans

la pièce réfrigérée, de ne pas subir l’odeur et la proximité de la mort, encore une fois.

– Est-ce que vous le reconnaissez ? me demande Devon.

Je hoche la tête, assaillie par les souvenirs cauchemardesques de mon enlèvement. Roman passe un bras

autour de ma taille, pour me soutenir, et ça me fait un bien fou. J’inspire profondément.

– Oui, je le reconnais.

– Vous pouvez me dire son nom ?

– Non. Désolée. Je ne crois pas que Baldwin l’ait mentionné. Pour moi, c’est juste le grand benêt qui devait

me surveiller quand j’étais enfermée dans cette chambre.

– Ne vous inquiétez pas, il était fiché, nous avons son identité. Robert Draw, une brute épaisse avec un QI

de poisson rouge. Nous avions seulement besoin que vous nous confirmiez son lien avec John Baldwin et son

implication dans votre séquestration. L’homme sur l’autre chariot ne vous est pas familier ?

– Non, jamais vu. Il a eu la nuque brisée, lui aussi ?

– Oui, le mode opératoire est identique. Propre, net, brutal. Sur des types de ce gabarit, des criminels

endurcis, armés, et à deux contre un de surcroît, cela requiert une excellente technique et une grande

maîtrise du corps à corps.

Je ne sais pas quoi dire, ni même si elle attend une réponse. Il ne fait aucun doute que Nils, parti traquer

Baldwin, a croisé la route de ces deux malfrats et les a tués. On s’en doutait avant même les résultats du

laboratoire confirmant que les flaques de sang chez les victimes n’étaient pas le leur, mais correspondaient

au groupe AB, un groupe sanguin très rare. Selon son dossier militaire, Nils est AB+.

– Eriksen a fait une hémorragie, nous dit Devon. Et nous venons d’identifier son portable, retrouvé en

miettes dans l’appartement, ce qui signifie qu’il n’a pu joindre personne pour l’aider ou le soigner.

La balle tirée à bout portant par Draw a touché une grosse veine, peut-être une artère. D’après la

balistique, elle est ressortie, mais sans les soins adéquats, il va mourir.

Comme Roman et moi restons silencieux, elle poursuit :

– Si vous avez une idée d’où il se trouve, vous devez me le dire. Il n’a pas fait usage d’arme, le témoignage

des voisins et la configuration de la scène de crime plaident en faveur de la légitime défense. Je ne cherche

pas à le coincer, et je veux la peau de Baldwin au moins autant que vous. N’oubliez pas que nous sommes dans

le même camp. Et chaque minute compte. Peut-être votre ami est-il déjà m…

– Nous ne savons rien, la coupe Roman avant qu’elle ne prononce le mot fatidique. Mais nous ne manquerons pas

de vous contacter s’il y a du nouveau, agent Devon.

Elle hoche la tête et nous autorise à partir. Ce que nous faisons, sous un ciel radieux qui jure avec notre

humeur morose. J’aurais préféré qu’il pleuve, pour cacher mes larmes. Puis c’est le retour en jet à Manhattan,

dans une ambiance plombée. Baldwin et No-Name courent toujours. Nils est blessé et introuvable.

– Ne t’en fais pas, me chuchote Roman quand je me blottis contre lui, en quête de réconfort. Les Vikings ont

la peau dure et ils sont comme les chats : ils ont plusieurs vies. Surtout qu’Odin ne voudra jamais s’encombrer

d’un emmerdeur comme Nils dans son Walhalla.

Je souris malgré moi, en imaginant le terrible dieu nordique faire des pieds et des mains pour s’éviter

d’accueillir notre exaspérant ami dans son paradis, quitte à lui accorder une seconde vie pour s’en débarrasser.

Une bouffée de reconnaissance envers Roman me submerge, parce qu’il sait me rassurer, me consoler, alors qu’il

doit lui-même être bouleversé, bien plus que je ne le suis. Nils est son ami, son seul ami avec Malik. Je sais

à quel point la situation est douloureuse pour lui. Et pourtant, il reste fort, solide comme un roc, pour me

soutenir et prendre soin de moi, contre vents et marées.

– Je t’aime, Roman, lui murmuré-je en réponse. Je ne trouve pas les mots pour te le dire comme il faut, mais

je t’aime au-delà de ce que j’aurais jamais imaginé.

***

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9791025721902
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Étreinte 11
Auteur
Editeur Editions Addictives
Langue FR
Date de publication 01/04/2015

Droits numériques

Ean EPUB 9791025721902
Type de protection Adobe DRM
Haut