chargement

Je t’aime… toi non plus - L’intégrale

éditeur : Editions Addictives
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
9,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

« Samedi 14janvier, 20h 33. Cas Morrisson. Mari (Owen Morrisson) suspecté par sa femme (Elinor Morrisson, née Baldwin) de la tromper avec Amanda Wilson, sa secrétaire. Arrivée en planque au domicile de la susmentionnée potentielle maîtresse au 87, Old Bond Street, Mayfair. À l’heure actuelle, le suspect ne s’est toujours pas présenté devant le bâtiment. La potentielle maîtresse est quant à elle rentrée à 19h 57, heure locale. RAS. »

Il y a huit mois de cela, après avoir terminé mes études de criminologie, j’ai quitté ma Lorraine natale, avec toute ma vie dans une seule (quoiqu'énorme) valise. J’ai tout plaqué et j’ai débarqué à Londres afin d’exercer le métier de mes rêves : détective privé.

Je sais, ça impressionne toujours.

C’était mon rêve de gosse, mon but ultime, absolu, et, grâce à mon acharnement et à ma patience, je l’ai réalisé. Je suis désormais détective privée à mon compte, et je gagne ma vie en coinçant des bad boys (ou des bad girls, d'ailleurs, et il y en a bien plus que l’on ne croit). Au début c’était un peu dur, j’ai dû tout faire toute seule, m'assurer une promotion discrète, faire mes preuves… Mais j’y suis arrivée ! J’ai appris les ficelles du métier sur le tas. Je ne vais pas dire que tout est acquis, mais je m’en sors plutôt pas mal.

Par exemple, j’ai pris l’habitude de prendre toutes mes notes avec le dictaphone de mon téléphone. C’est pratique, infaillible (sauf en cas de batterie à plat, mais j’ai toujours mon chargeur avec moi) et je l’ai constamment sous la main, c’est donc idéal pour moi, tête en l’air, qui ai besoin d’être organisée. C’est important, mais ça ne suffit pas, bien sûr.

Pour être un bon détective, il faut avant tout un sens de l’observation aigu. Aucun détail ne doit vous échapper, car c’est souvent dans les détails que l’on trouve la solution de l’énigme.

Ensuite, il vous faut une discrétion à toute épreuve : vous ne devez pas seulement être discret, vous devez être invisible. Vous fondre dans le décor, vous faire tout petit, être un vrai caméléon. Vous ne devez pas non plus avoir peur de vous déguiser, car la discrétion, vous la devez avant tout à vos clients : pas question de laisser filtrer quoi que ce soit, et encore moins de vous faire prendre lors d’une filature. Personne ne doit jamais, au grand jamais, s’apercevoir que vous êtes sur les traces de quelqu’un ou savoir que vous avez été engagé, ni pourquoi. Alors, de temps en temps, il faut savoir s’habiller autrement, porter des lunettes, parfois même une perruque, pour changer de tête. Ça peut paraître un peu cliché, mais c’est un moyen simple et très efficace de réduire les chances d’être repéré ou reconnu.

Il vous faut aussi un culot et une détermination hors du commun : retrousser vos manches, mettre les mains dans le cambouis, aller soutirer des infos, vous infiltrer dans des endroits où vous n’êtes pas supposé aller, bluffer, mentir, donner de fausses identités…

Oui, vraiment, être détective, c’est palpitant.

Bon, OK, pas toujours en fait. La plupart du temps, vous vous retrouvez à grelotter dans votre voiture à guetter un inconnu dont vous ignorez tout et dont vous devez percer les secrets les plus intimes. Le plus souvent, cet inconnu se trouve être un mari (ou une femme) suspecté par sa femme (ou son mari !) d’être infidèle, et vous devez le traquer et l’espionner jusqu’à ce qu’il veuille bien donner une preuve tangible de sa culpabilité. Un baiser volé, une main tenue en public, un achat suspect (tout le monde se souvient d’Emma Thompson dans Love Actually, découvrant que le collier acheté par son mari chez Tiffany pour Noël ne lui est pas destiné)... Vous prenez le suspect en flagrant délit en photo, par exemple, apportez les preuves concrètes de sa faute, et voilà. Ensuite, vous avez la lourde responsabilité de gérer la réaction de votre client. Certains pleurent, certains encaissent calmement, d’autres jurent d’aller assassiner leur moitié sur-le-champ… Pas tous les jours facile, mais ça fait partie du métier !

Cela dit, franchement, le plus pénible, ce ne sont pas les émotions des gens qu’il faut gérer, mais ces interminables moments d’attente. Une filature peut prendre des heures si vous êtes chanceux, des jours dans la plupart des cas, mais aussi des semaines si le suspect est rusé, ou innocent.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un suspect innocent n’est pas forcément synonyme de bonne nouvelle. Parfois, la personne qui m’engage est tellement persuadée qu’on la trompe qu’elle s’y est préparée psychologiquement et qu’elle a déjà, dans sa tête, réorganisé sa façon d’envisager son couple et son existence. Et lorsqu’on lui apporte la preuve sur un plateau que c’est faux, qu’elle peut dormir sur ses deux oreilles, que son partenaire est fiable, étrangement, cette personne est déçue. Elle se rend compte que, finalement, elle n’a pas envie de retourner à son quotidien ronronnant et prend conscience qu’elle a besoin d’un peu de drame pour pimenter son train-train. Ce qui n’est pas vraiment un bon signe pour l’avenir de son couple.

Certaines personnes sont également déçues car elles cherchent clairement un prétexte pour se séparer de leur moitié, sans qu’il leur soit nécessaire d’avoir le courage de dire « je ne t’aime plus » ou « je m’ennuie avec toi, c’est fini ». Trouver une preuve de la culpabilité du conjoint devient alors indispensable pour rejeter la faute de la rupture sur elle ou lui, ou pour se déculpabiliser.

Être détective, c’est aussi un métier qui vous en apprend long sur le genre humain. En bien, mais aussi en mal. Mais revenons à nos moutons.

Ce soir, je suis en planque, je travaille sur un dossier pas vraiment épineux, et même plutôt fatigant sur le long terme : j’ai été chargée par Elinor Morrisson, excentrique et richissime Anglaise, de prouver que son mari fricote avec sa secrétaire, Amanda.

Elinor ne correspond à aucun des cas mentionnés ci-dessus. Elinor est un cas à part. Quelques semaines avant, elle soupçonnait ce pauvre Owen de la tromper avec la femme de ménage (une jeune Polonaise déjà fiancée à un Écossais plutôt joli garçon. Je doute qu’Owen fasse le poids face à lui, mais bon, aux yeux d’Elinor, son époux est un apollon ultra-convoité). Avant encore, elle l’accusait d’avoir une aventure avec sa secrétaire à elle, puis avec la partenaire de golf d’Owen, puis avec l’employée des postes… Bientôt, elle l’accusera de la tromper avec elle-même. Je suis convaincue qu’elle en serait capable ! Elinor vit dans une autre dimension. Bref, je crois surtout qu’elle est parano. Mais bon, elle m’emploie et, dans la mesure où elle me paye (et plutôt bien), je n’ai pas à me poser de questions. Et je crois que d’une certaine façon, à force de travailler pour elle, j’ai commencé à m’y attacher. Donc cette fois-ci, c’est chez sa secrétaire que je traque Owen, dans le très chic quartier de Mayfair.

Elle a les moyens, cette Amanda, dites donc. Je devrais peut-être envisager une reconversion, moi…

Emmitouflée jusqu’au nez dans mon manteau de fausse fourrure qui envahit tout l’espace de ma petite Mini Cooper (Londres en janvier, ce n’est pas la Sibérie, mais presque), je tente de me réchauffer en buvant le café qui fume dans mon thermos.

Depuis toute petite, devenir détective était mon rêve. Traquer des méchants, coffrer des bandits, devenir une experte en camouflage, tout ça, comme dans Sherlock Holmes. Souvent, je jouais avec ma petite sœur à mener l’enquête, et j’étais toujours le glorieux agent vainqueur. Comme elle n’était qu’une petite fille (de huit ans ma cadette), elle était toujours le petit enfant qui s’était fait enlever, suivant divers scénarios, et je devais la retrouver. Pas très joyeux comme jeu pour des enfants, à première vue, mais la fin était toujours heureuse, puisque je la sauvais à chaque fois.

Ma petite sœur… Mathilde…

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9791025726594
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Je t’aime… toi non plus - L’intégrale
Auteur
Editeur Editions Addictives
Langue FR
Date de publication 10/07/2015

Droits numériques

Ean EPUB 9791025726594
Type de protection Adobe DRM
Haut