chargement

Sublime-moi ! - L'intégrale

éditeur : Editions Addictives
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
5,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

– J’hallucine ! Si j’avais su un jour que je devrais m’habiller en mort-vivant pour faire la promotion d’un de mes auteurs… jamais je ne serais devenue éditrice ! grimace ma meilleure amie Jade, devant la glace.

– Tu vas plaire aux jeunes, tu es totalement dans le coup ! Zombie attitude, c’est dans l’air du temps ! tenté-je de la rassurer en essayant de ne pas rire.

– Ça va, moque-toi ! Pas la peine de faire semblant ! Après tout, je suis à l’origine de cette idée, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même, soupire ma colocataire. Cet auteur a un univers si… étrange. Mais il plaît ! Alors, je peux bien faire l’effort de ressembler à… ça… pour sa soirée de dédicaces !

Jade a l’air tellement résignée devant son miroir que j’éclate de rire. Dans ses vêtements usés, à moitié arrachés, ses cheveux hirsutes, ses bottines trouvées dans un magasin de fripes et son maquillage un peu sombre, elle est loin de l’image de la parfaite éditrice présentant son auteur fétiche au public. Bien au contraire. Jade travaille pour une maison d’édition qui tient à ce que ses auteurs puissent exprimer tout leur talent. Et l’auteur du moment ne se sent bien que dans son monde de morts-vivants. Outre le costume, Jade a organisé la séance de dédicaces avec les journalistes et les lecteurs dans une… crypte.

La totale…

– Et ta mixture rouge façon hémoglobine ? C’est l’élément ultime de ton déguisement ? demandé-je en lui montrant le tube, sur la table basse.

– C’est pour faire plus vrai… souffle Jade. Si j’avais eu un peu de charbon, je me serais contentée de salir mes vêtements !

– Éloigne ça de mon tailleur en tout cas, c’est tout ce que je te demande !

– Pourquoi ? Tu as peur de faire mauvaise impression auprès de… qui déjà ? me nargue Jade en empoignant la bouteille.

– Marcus Jefferson, dis-je en me remémorant le nom inscrit sur le dossier reçu dans l’après-midi.

– Laisse-moi prendre au moins un petit selfie de nous deux, le décalage entre nos deux tenues est tellement énorme ! On bosse toutes les deux, ce soir, mais l’une fait plus sérieuse que l’autre… Alors que, qui est plutôt jean-baskets, d’habitude ?

– J’avoue, le tailleur, c’est plus toi… J’ai aussi l’impression de me déguiser, mais en moins… « sale ».

Nous sourions toutes les deux face au téléphone de Jade. Nos amis communs sur les réseaux sociaux risquent de s’amuser eux aussi du décalage.

– OK, je pense que cette fois, c’est bon ! déclare Jade après s’être étalé, avec soin, le faux sang sur son pull déchiré.

– Et tu crois que tu vas réussir à trouver un taxi dans cette tenue ? demandé-je, réprimant un nouveau fou rire.

– J’ai déjà prévenu la compagnie quand j’ai réservé. Et j’ai des fringues de rechange pour le retour. Je fais la soirée en compagnie de Barry Wolfman, grand maître de l’apocalypse jusqu’à vingt-deux heures. Ensuite, je redeviens moi-même !

Je laisse Jade terminer ses derniers préparatifs et jeter un œil dans son sac pour être sûre de n’avoir rien oublié. Je n’ai pas fini de me préparer. Le maquillage que m’a prêté ma colocataire et meilleure amie est assez sophistiqué et demande un peu de technique au pinceau.

De la poudre, du blush, alors que je n’en porte quasiment jamais, ce n’est pas super évident !

– Pour le blush, tu estompes bien, des pommettes à la racine des cheveux, comme je t’ai montré ! me dit Jade en s’approchant de moi.

Devant ses taches rouges, je ne peux retenir un mouvement de recul. Qui me vaut aussitôt un soupir de reproches.

– Bon, merde pour ton interview de ce soir, je dois filer. Et je ne t’embrasse pas, vu que je n’ai pas le droit de t’approcher !

Sur ces mots, Jade quitte notre appart comme un tourbillon.

Je m’observe une dernière fois dans le miroir. Et j’hésite pendant une seconde à me changer. Ce tailleur près du corps me sculpte une jolie silhouette, mais je ne suis pas sûre qu’il corresponde bien à mon prochain rendez-vous. J’ai relevé mes cheveux bruns en un chignon un peu élaboré, mais je me demande si je ne devrais pas plutôt les laisser retomber naturellement, comme d’habitude, sur mes épaules.

Et je n’ai plus le temps pour ça !

Une légère boule au ventre commence à se faire sentir.

Allez, ce n’est pas ma première interview ! Je connais mon métier !

Le service de communication de la fondation Fight for Education m’a appelée ce matin en urgence pour que je remplace au pied levé leur journaliste, malade. J’ai accepté sans me poser de question. J’aurais préféré avoir un peu plus de temps pour travailler ce sujet de dernière minute, mais on ne choisit pas le feu de l’actualité ! Par contre, j’ai la pression : mon article doit être irréprochable ! La fondation Fight for Education est une institution dans le monde caritatif et ses programmes pour venir en aide aux enfants, aux orphelins, sont reconnus d’utilité publique. Le directeur de la communication a été clair sur ce point. Je n’ai pas le droit à l’erreur. Il a évoqué le grand gala annuel de demain. Tous les généreux donateurs seront à New York. Bref, j’ai la pression. Mais s’ils m’ont choisie, moi, je dois leur faire honneur.

Je n’ai aucune raison d’angoisser. En plus j’ai été recommandée par une autre association pour laquelle j’ai travaillé il y a peu. La Newsday Charities. Un papier très apprécié, d’ailleurs. J’avais réussi « à parler autant des enfants que des donateurs, sans qu’aucun d’eux ne soit lésé ».

Je devrais plutôt être flattée !

Être recommandée, de cette façon…

Je me souviens encore des mots du porte-parole de la Newsday Charities, de son sourire chaleureux et de son plaisir visible de rencontrer quelqu’un qui ait su parler de cette fondation sans oublier personne. Je ne voulais pas évoquer uniquement les donateurs, les enfants devaient être au centre de mon article. Je tenais absolument à ce que le public comprenne pourquoi la Newsday Charities était utile. Mais je ne pouvais pas non plus ignorer les donateurs et leur rôle précieux.

Quand je repense à cet article, l’un de mes premiers, je ne peux pas m’empêcher d’être fière de moi. Et je suis ravie d’avoir à parler de Fight for Education !

J’ai reçu cet après-midi le dossier préparé par la journaliste et on ne peut pas dire qu’il m’aide beaucoup, surtout sur les donateurs de cette fondation. Ils se montrent plutôt secrets. Surtout ce Marcus Jefferson que je dois rencontrer ce soir. Je n’ai qu’une biographie très succincte de sa vie et quelques infos sur son parcours professionnel. Il a été bénéficiaire de la fondation étant petit et fait aujourd’hui partie des généreux donateurs. Après un début difficile dans la vie, il semble avoir réussi dans l’univers de l’art. Mais je n’ai aucune photo. C’est très bizarre que cette journaliste n’en ait pas une seule de lui. Je fais comment pour le reconnaître, ce soir ?

Impossible de vérifier sur Internet, la connexion de l’appart est complètement en rade à cause des travaux dans le quartier !

Promis, avec l’argent de cette pige, je m’offre le dernier téléphone de la marque à la pomme ! Je serai moins dépendante !

Bref, je ne sais rien sur cet homme. J’ai mes questions, je connais déjà les écueils à éviter grâce au travail que j’ai réalisé sur mon précédent article. Mais je ne sais pas du tout à quoi il ressemble. J’ai un rendez-vous, fixé par la fondation, dans un bar très sélect de la ville. Aucune photo et pas de numéro de téléphone.

Tout va bien !

Je me lève d’un seul coup, prête à partir au combat et à faire mon job. Je sais le faire. Même en talons hauts et même si je ne me sens pas très stable perchée de cette façon. Mais je peux le faire, je vais le faire ! Et je veux arriver un peu plus tôt au rendez-vous pour essayer de le reconnaître.

Un petit jeu de devinette pour se détendre : qui est Marcus Jefferson ?

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9791025727270
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Sublime-moi ! - L'intégrale
Auteur
Editeur Editions Addictives
Langue FR
Date de publication 19/10/2015

Droits numériques

Ean EPUB 9791025727270
Type de protection Adobe DRM
Haut