chargement

Le père Noël était presque parfait

éditeur : Editions Addictives
date de publication :
délai de livraison : Immédiat (à partir de la date de publication)

EPUB

Adobe DRM
5,99 €
Lecture multi-support

Résumé

Extrait

– Hé ! Calista !

Crotte.

– Viens par ici !

De bique.

– J’ai plus de café !

Rho la, la !

Avachi sur sa banquette en cuir vert pâle, M. Miller m’adresse de grands signes de la main comme s’il était perdu en pleine mer. Je ne risque pas de le manquer ! Avec sa casquette à carreaux et son fusil – déchargé – posé sur la banquette, je ne vois que lui. Déposant un hot-dog généreusement garni de saucisses, ketchup et chou devant un autre client, j’attrape au vol la cafetière derrière le comptoir et slalome au milieu de la salle pour le rejoindre.

– Cali !

– C’est bon, Pete. Je ne suis pas sourde.

– Faut prendre rendez-vous ici pour avoir son café, maintenant ? marmonne-t-il.

Faussement outrée, je lui assène une petite tape sur l’épaule, comme s’il venait d’insulter ma famille sur dix générations.

– Je vais faire comme si je n’avais rien entendu !

– Ouais, ouais.

Ce qu’il peut être bougon parfois !

– Et je serais toi, je ferais gaffe. Tu ne sais pas ce que je ferai à ton hamburger la prochaine fois !

– Tu comptes cracher dedans ? s’amuse le pasteur Jim.

Installé à la table voisine, le révérend de notre petite ville se tourne vers moi avec un sourire amusé. Lui aussi est aisément repérable avec sa chemise noire et son col dur blanc, accompagnée des inévitables bottes fourrées et parka obligatoires en cette saison glaciale. Derrière les vitres du café, des flocons blancs volettent en tourbillon depuis maintenant des heures. Située au nord du Wisconsin, Lac Flambeau est assiégée durant tout l’hiver par d’interminables tempêtes. Mieux vaut être résistant pour vivre dans cette région à la frontière du Canada.

– Vous ne savez pas ce qui se passe en cuisine ! riposté-je avec un sourire espiègle, en remplissant la tasse de Pete.

Les deux hommes s’esclaffent et la voix de ma mère s’élève une seconde plus tard, chargée de reproches :

– Calista !

J’avais oublié qu’elle a l’ouïe fine.

– Qu’est-ce que tu racontes aux clients ?

Derrière le comptoir, elle me contemple d’un air culpabilisateur, sans doute pour me faire honte, mais je lui adresse mon sourire le plus innocent. On me donnerait le bon Dieu sans confession, en attestent les yeux amusés du pasteur.

– Rien, maman ! assuré-je. Juste le secret de nos délicieuses recettes.

Même M. Miller ne peut s’empêcher de rire. Dans son gros pull à col roulé rouge, ma mère continue à me fixer, faussement défiante. C’est qu’elle me connaît par cœur ! Suspicieuse, elle m’adresse finalement un signe, préférant me garder près d’elle, et avec un gros soupir, je la rejoins en traînant des pieds.

– Si on ne peut plus rigoler, baragouiné-je.

Très bas. Pour ne pas être entendue.

– Quoi ?

Ah oui. J’avais oublié que ma mère était The Sentinel.

– Rien, rien, fais-je, dans un accès de lâcheté assorti d’un sourire angélique.

– Mouais.

Elle aussi se retient de rire pendant que je repose la cafetière à moitié vide. Autour de nous, le brouhaha des conversations forme un fond sonore rassurant. J’attrape une nouvelle assiette à travers le passe-plat. Burger frites : un grand classique ! Avec ma mère, nous proposons une cuisine familiale et nourrissante à nos clients, souvent exténués après une dure journée de travail. Ouvert après le décès de mon père dans un accident de travail, l’établissement est très apprécié des habitants du coin – même si nous sommes sur le point de fermer nos portes. Entre les charges, les factures et les ardoises de certains piliers, la trésorerie n’est guère brillante.

Stop. Je ne dois pas penser à ça.

Pas maintenant. Pas en plein service.

– Ton maxi burger, Clarence ! annoncé-je en naviguant entre les tables.

Ici, tout le monde se connaît, comme dans une grande famille. J’appelle tous les clients par leurs prénoms et les fréquente depuis ma plus tendre enfance. Par exemple, je sais que M. Miller ne rentre pas chez lui pour éviter d’encourir les foudres – et le rouleau à pâtisserie – de sa redoutable épouse. Je sais aussi que Miss Marlowe, notre fan de burger taille XXL avec supplément fromage, ne supporte plus ses voisins trop bruyants. Et que le pasteur Jim vient surtout pour surveiller ses ouailles. Ne suis-je pas née à Lac Flambeau, au milieu de cette petite communauté ? Et j’ai parfois l’impression que je ne quitterai jamais la ville.

#frustration

Oh ! J’adore les gens, j’adore le café et bosser en famille depuis la fin du lycée. Mais quand même, vivre toujours au même endroit sans jamais voir le monde… c’est un peu triste, non ?

– Cali ! Tu me donnes un coup de main ?

Pas le temps de respirer !

Lire la suite...

Commentaires des lecteurs

9791025733806
- / 5
  5
  4
  3
  2
  1

Informations

Titre Le père Noël était presque parfait
Auteur
Editeur Editions Addictives
Langue FR
Date de publication 28/10/2016

Droits numériques

Ean EPUB 9791025733806
Type de protection Adobe DRM
Haut